Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Moi, mon week-end et moi (1/8796) | Page d'accueil | Si vous pouviez m’aider, c’est juste absolument urgent! »

12/12/2006

Moi, mon week-end et moi (8795/8796)

(Après une longue élipse que tout le monde appréciera ou a intérêt d'apprécier sinon je repars à la 2ème séquence, nous arrivons à l'avant-dernière séquence de ce récit à la fois haletant, bouleversant et tellement...long pour ne rien dire en plus. 4largo selon ta demande: 8795/8796: Silence, on tourne - Clap - 1ère - travelling arrière - fondu noir, etc... Je connais pas tous les termes, non plus!)

 

 Suite à un léger problème totalement impromptu dans mon bureau de 1m50 (le problème pas le bureau, hein, faut suivre un peu là, les universitaires!). Donc, je disais suite à un problème d'1m50 plus communément appelé stagiaire découverte entreprise (oui comme tous les stagiaires il n'a pas de nom autre que le stagiaire et qu'il s'estime déjà heureux qu'on l'appelle! (pour venir nous apporter le café).

Je ne vais donc pas pouvoir vous raconter mon WE au demeurant pas suffisamment passionnant pour une telle campagne de teasing mais ce rebondissement n'était pas prévu. Et comme en plus, je lui laisse mon ordinateur pour rédiger son rapport pendant que je joue avec son Blackberry que je lui ai confisqué, c'est pas gagné. Je vais peut-être le vendre sur E-bay son blackberry, non? Pour m'indemniser du temps que j'aurais passé à travailler plutôt qu'à raconter mon WE!

Enfin, il est trop mignon, c'est juste comment Lord Kossity ou tout du moins sa voix ont réussi à rentrer dans ce corps si frêle et à peine pubère. Ah oui et aussi, cet après-midi, je (qui s'est transformé en nous grâce à mon très cher PDG et accessoirement meilleur ami du père du stagiaire Kossity) dois partir en mission de veille concurentielle, un peu de l'espionnage, je me fais passé pour une étudiante, j'enlèves le haut parfois le bas et j'obtiens leur compte de résultat ainsi que leur stratégies pour les 50 prochaines années, enfin ça c'était avant que le stagiaire à la voix qui me fait peur ne doive venir avec moi. Parce que je me souvenais pas que c'était aussi naïf à cet âge, il est venu avec un imperméable beige!! Si je vous l'avais demandé, rassurez-moi, vous auriez compris que je plaisantais, hein??? Tout à l'heure, je vais lui dire que dans les branches de mes Chanel est dissimulée une caméra et le pire, c'est qu'il est encore capable de me croire, je sens qu'on va bien rigoler (et aussi se faire jeter, mais c'est moins grave, j'aurais plus de temps pour me ballader et prendre un chocolat viennois avec Elle).

 

Et vous avez vu, vous avez vu? C'est presque court la note, là. Je suis trop fière de moi. Je m'applaudis même. Je tiens à remercier Ada, Captainwhat, Frogita, mais aussi CUI, 4largo, Koyotte et Samessa qui m'y ont incité et tout naturellement mon petit coeur Lilou qui me l'a fortement recommandé.

14:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : sexe, blog, gay, séduction, politique, Sarkozy, Zazie

Commentaires

Chère Amazone,

Depuis quand "plus c'est court, plus c'est bon" ?
Ma longue (hin hin) expérience en ce domaine me montre au quotidien (enfin pas exactement au quotidien, tu sais bien que je me vante un peu et que je sais aussi que ça te fait braire, comme je suis taquin) que longueur et plaisir font bon ménage.
Alors, certes, un texte plus court permet de réduire le nombre de fautes d'orthographe mais, je te rassure, la densité ne change guère. Quand j'apprends que tu étais en prépa, mon dieu, vraiment le niveau baisse. Mais tu sais comme les ingénieurs méprisent les commerciaux. Je me suis toujours demandé la façon dont on était considérés en retour (des tarés ? des frustrés ? des emmerdeurs ? des braves garçons (dans le sens le plus péjoratif de "brave" possible) ?).

Je ne sais pas qui est lord Kossity et j'ai la flemme de googler.
L*** m'a dit qu'elle t'avait écrit. Je ne sais pas si tu imagines la chance que tu as.
Je suis un peu triste pour "Elle" et pour cette charmante plouquette de Lilou qui a annexé ton burp (fais gaffe, l'Amazone, plouc ne veut pas dire idiote ! Elle en veut à ton héritage, fais gaffe, je suis sûr que son amour n'est pas désintéressée, elle a vu combien naïve tu étais et elle abuse de ta crédulité et ton ingénuité. D'abord ton burp, ensuite ta carte bancaire, et bientôt tes lunettes Chanel...).

Bon, allez, je fais court moi aussi, je m'épancherais bien un peu plus pour raconter que j'ai sommeil, que je viens de prendre un cappuccino, que je n'ai pas de stagiaire et même plus de secrétaire mais j'ai pas le temps.

Écrit par : Comme une image | 12/12/2006

Mon petit oiseau des iles, dans Lilou le retour insolite, si tu avais regardée avec attention (et qui tu veux), tu aurais du voir que le regard de la redoutable guerrière n'aspirait qu'à rencontrer le tien, car ses yeux, ce sont les miens...Ils sont tristes, car vois tu les plouquettes ont le coeur sensible et sont aussi très rancunières... qu'on se le dise. Tout le monde n'a pas les mêmes ambitions, hystérique, jet généralement les gens sont obsédés par ce qu'ils n'ont pas. Tu vois, je voulais te parler d'amour, te dire combien tes messages me plaisaient, combien j'espérais ta venue, retrouver avec toi mes jeux d'enfants, te faire découvrir mon univers, mais, je n'en ai plus envie, il y a, aura toujours quelqu'un entre nous, et je ne veux pas passer ma vie à me battre avec une chimère j’en ai marre des provocations de ton débile profond de comme une image, je lui laisse la place, puisqu’il a ton approbation. Sur mon blog, ce genre de propos serait supprimé. Si pour vous c’est une distraction, pour moi le jeu est terminé, j’ai passée l’âge. Je t’embrasse tendrement, Lilou.

Écrit par : Lilou | 12/12/2006

Bon comme, on me demande de choisir, je vais privilégier le choix du coeur à celui de mes zygomatiques:

Désolée, "comme une image" mais tu sors.

Mon petit coeur, je peux comprendre que les propos de "Comme Une Image" vous aient blessé, mais je pense, j'en suis sûre même, qu'il plaisantait. Il voit bien que je ne m'intéresse plus à l***, que je ne lui ai même pas répondu, que la lecture de son e-mail m'a barbé par son cruel manque d'originalité. Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué et où vous auriez besoin que je vous l'écrive, je ne joue pas.
Certes, j'aurais pu supprimer le commentaire de Comme Une Image, mais honnêtement, je ne pensais pas qu'il susciterait une telle réaction de votre part. Je suis sincèrement désolée, s'il vous a blessé. Mais si vous relisez le commentaire de CUI, vous n'y trouverez que du 2nd degré, puisque personne ne touche à mes lunettes et encore moins à mes Chanel, "Elle" est obligée de se retourner et de fermer les yeux lorsque je les range dans leur cachette secrète pour qu'elles dorment paisiblement. Plus sérieusement, il s'autodénigre même. Je ne sais pas pourquoi, il a besoin de placer l*** au dessus de vous et de "Elle" en vous dénigrant toutes les deux. Mais je sais que CUI me fait rire. Lilou, vous me voyez sincèrement désolée de cette situation, je m'en excuse même. Mais admettez que son commentaire est plus taquin que méchant. Par pitié, Lilou, revenez, vous ne pouvez pas m'abandonner comme ça. Je vous apprécie énormément moi. Je fais comment sans vous? Si ça peut vous aider dans votre choix, je consens à vous donner ce que j'aai de plus précieux: mes lunettes Chanel, je ne peux pas faire mieux, très chère Lilou... J'implore votre pardon pour CUI et par ricochets pour moi... Et très chère Lilou sachez que les aléas de la vie ont fait que je n'ai jamais eu l'âge de jouer. Je n'ai pas de souvenirs de Noël, je n'ai aucun souvenir de mon enfance. D'ailleurs, on ne peut pas véritablement dire que j'ai eu d'enfance alors ce n'est pas à 24 ans que je vais avoir envie de jouer et encore moins avec vous, ceci n'a jamais été et n'est aucunement une distraction... Je suis le plus sincèrement du monde désolée mon petit coeur...

Écrit par : l'Amazone | 12/12/2006

Je voulais placer un comm mais je pense que je reviendrais plus tard... là je pars sur la pointe des pieds.

Écrit par : 4largo | 12/12/2006

Encore une fois la visite quotidienne de votre blog,( qui même si je me fais discret est devenu un rituel obligatoire à toute bonne journée), a déclenché toutes une foule d'idées et d'impressions qui continuent de s'entrechoquer dans mon esprit

La frustration d'abord dû à la longueur de votre post, ma dose minimale n’étant pas atteinte je ressentais un manque, fustigeant ceux qui vous avaient poussé à réduire votre style volubile.

Paradoxalement je me rendis compte que la taille des commentaires évoluait à l’inverse de celle de vos notes.
Mais leur contenu me laissa perplexe, avec la désagréable impression de ne pas savoir où me placer et si je pouvais me permettre de laisser quelques mots.

Les propos de Comme une Image ne me paraissaient pas forcément différents de son style actuel, son statut de très ancien convive de ce blog, lui permettait quelques réflexions, auquel chacun pouvait apporter plus ou moins d’attention. C’est d’ailleurs tout l’intérêt d’un blog de voir l’interaction des uns et des autres et leurs ressentis différents qui ont forcément une incidence sur l’évolution de ce lieu commun.

Difficile de rester indifférent à la sensibilité de lilou, elle possède ce que je trouve de plus beau chez l’humain, cette envie d’offrir, de partager. Une réceptivité qui n’est pas donné à tout le monde et qui est merveilleuse à partager.

En contrepartie elle est amenée à développer un système défensif très susceptible , pour ne pas risquer d’être blessé. D’ou le « débile » qui me semblait superflu, dans un lieu où jusqu’ici planait un sentiment d’amour et de bien-être qui le rend si agréable à fréquenter.

Mais le naturel de Lilou, vous oblige à vous découvrir et vous dévoiler peu à peu une émotivité, que jusqu’ici vous dissimuliez derrière de merveilleuses Chanel.
Je la remercie donc de nous permettre de mieux vous connaître.
Je vous trouve si adorable à essayer d’excuser les propos de CommeUneImage , tout en voulant faire comprendre à Lilou combien vous tenez à elle, je suis sûr qu’elle ne restera pas indifférente.

Ps : je repasserai plus tard pour vous parler de mon torse et de cette stupide subite envie de fumer qui m’a fait rater un si merveilleux moment.

Écrit par : Yoann | 13/12/2006

Eh, Yoann, y'a des royalties sur les commentaires longs.
Et je ne suis pas un très ancien convive, je débarque à peine, avec mes gros sabots.
Euh.
Mes gros souliers.

(Ouais, ouais, je sors.)

Écrit par : Comme une image | 13/12/2006

Non mais moi Laurence Sterne j'adore vraiment, hein...Et le vouvoiement aussi d'ailleurs.

Écrit par : Ada | 13/12/2006

> 4largo : je te reconnais bien là tout en douceur et en courage pour venir défendre ma chère et tendre Lilou. Va mon petit rat de l’opéra, montre moi toute ta grâce, en filant sur les pointes de tes belles ballerines roses. Mais dis-moi, tu as mis des rouleaux de pièces de 2€ et des mouchoirs dans ton tutu ou c’est naturel cette exubérance?!! Non, tu as raison, la situation était tendue et des fois, il vaut mieux laisser un peu de temps passer mais saches que nous sommes plus tard donc n’oublie pas de revenir…

> Ada : Bon ben merci infiniment, alors. Dites-moi, vous qui avez l’air de bien connaître Laurence Stern, il était blindé ou pas? Parce qu’il faudrait pas que l’on oublie ma part d’héritage, tout de même ou alors le notaire n’a toujours pas fini de lire les 3milliards 650 millions de pages qui constituent son testament ? (je continue à vous vouvoyer juste parce que vous adorer!) A bientôt Ada…

> C.U.I. : Happy baiseday to you mister Président (de la plouquocratie)…
Tu n’es pas un très ancien convive, euh, ça reste à prouver tout de même. A 39 ans, tu n’es plus dans la fleur de l’âge. C’est le moment de réfléchir à une convention obsèques et boire un Lactimel matin et soir, un col du fémur est si vite brisé à ton âge, on rate la poignée de son déambulateur et on se retrouve en fauteuil pour les 10 prochaines années. Si j’entends parler d’une petite soirée guingette, promis, je pense à toi, il faut que tu puisses rencontrer des personnes de ton âge. (Je précise qu’Elle à 38 ans, là ou ce sera pas la peine? Et que si je baise pas c’est en partie à cause de phrases comme celles-ci : « Mais l’Amazone, tu ne te reposes jamais? - Je me reposerais lorsque j’aurais ton âge! – Quelque chose me dit que tu vas pouvoir dormir toute cette nuit vu que tu seras toute seule! Elle est drôle hein? Oui, c’est aussi pour ça que je l’aime, mais bon moi à cause de l’abstinence, j’ai arrêté d’essayer de l’être!

> Arkk : Merci bcp l’ami de Papounet. D’ailleurs pour le chèque, tu peux le remettre directement à Koyotte, c’est lui qui gère l’ensemble de mes revenus et en qui j’ai entièrement confiance. C’est juste qu’il a besoin de se blanchir un peu après les détournements à l’ARC, il a eu un peu de mal à trouver des pigeons, mais heureusement, je suis là, n’est-ce pas papa? Merci d’être passé Arkk et dis-toi que si il y avait plus de filles comme moi, il y aurait moins de mecs épanouis comme toi, à cause de l’abstinence encore… J’ai bcp aimé ta note sur le monde professionnelle et j’invite les autres à la lire : http://magnificent-ark.hautetfort.com/archive/2006/08/23/discours-laborieux.html#comments...

> Mon mari Yoann : Merci, merci, merci. Dites, vous êtes payé pour me remonter le moral? J’ai failli faire ma Sinziana (=supprimer ce blog sans prévenir) et puis j’ai lu votre commentaire et au moins pour vous, je me suis dit que je n’avais pas le droit. Fustigez, fustigez mon très chère Yoann toutes ces personnes soumises à la dictature de la concision et de la clarté, ne vous gênez pas, je les aime pas de toute façon! N’hésitez pas à intervenir Yoann, vous êtes mon convive de prestige, n’oubliez pas que je vous ai demandé en mariage et que je n’écris que pour vous (et aussi un peu pour mon petit cœur Lilou). Merci d’avoir essayé de calmer les esprits de chacun avec une telle habileté et délicatesse que j’en suis encore admirative. (Juste évitez de trop flatter ma petite Lilou qui le mérite amplement mais je vais commencer à être jalouse autrement !) Yoann, je ne pense pas faire preuve d’une émotivité particulière, c’est arrivé à pleins de monde de pleurer à la diffusion de « la soupe aux choux », non? Je ne suis pas particulièrement sensible, Yoann, juste le fait que des personnes auxquelles je tiens énormément soit blessées me rend triste uniquement… J’attends avec impatience la lecture des 2 récits que vous nous avez annoncé… Yoann, vous savez que vous êtes l’homme idéal et donc mon idéal d’homme, vous ne voulez pas que … Pourquoi, je suis lesbienne moi ?!! Merci Yoann, je vous promets que votre commentaire, sa délicatesse et sa finesse m’ont beaucoup touché, faites attention, ça commence à devenir une habitude au bout de 6, je me verrais dans l’obligation de craquer! Merci Yoann, vous êtes un amour…

Écrit par : l'Amazone | 14/12/2006