Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Se voir le plus possible… | Page d'accueil | Juste pour ne pas que je l’oublie… »

22/01/2007

Moi, mon dîner mondain et moi… 2/3

(Ding-dong)

En vrai, on a frappé à la porte mais je ne savais pas comment retranscrire par écrit le bruit. Je pense que cette précision est absolument indispensable et il y a de fortes chances pour que ça n’ait absolument aucun intérêt par la suite…

Après 43 secondes d’attente, la porte blindée (je précise pour les futurs cambrioleurs!) s’entrouvre. Laissant percevoir derrière elle, une femme tout droit sortie de l’une des vitrines de l’avenue Montaigne. Pour les non parisiens, ça signifie que lorsqu’on la regarde, on voit le nombre de k€ que lui a coûté tout ce qu’elle porte scintiller dans nos yeux. Elle portait à ravir aussi bien sa quarantaine que sa robe qui ne venait certainement pas d’H&M.

Face à l’étendue du loft, je me sens toute petite, presque impressionnée par tout cet espace, je regrette que la directrice de communication, n’est pas garée sa voiture dans le salon. Ça m’aurait rassurée de savoir que j’aurais pu me déplacer avec sa voiture et me servir du GPS pour me déplacer entre 2 pièces sans me perdre. A bien y regarder, je me dis que leur salon doit faire la taille de tout mon appartement et encore sans compter la mezzanine. Juste pour faire le ménage chez eux, ils doivent prendre 2 jours de congé par semaine en plus des week-ends. Oui, j’ai des considérations de femme au foyer mais au bout d’un moment, je veux bien vous raconter des histoires mais le quotidien revient vite et le ménage se fait pas tout seul chez moi, mais comme eux, dès que je peux, je prends une femme de ménage, parce que faut pas déconner, c’est loin d’être une passion, chez moi…)

Elle propose de nous prendre nos manteaux. Et là, j’ai été un peu gênée, parce que je savais pas trop ce qui se faisait. Si je devais ou non, lui glisser un petit billet, au passage, comme dans les hôtels classes lorsque le monsieur habillé en Playmobil monte les bagages. Et puis le problème s’est vite résolu avec le fait que je n’avais plus qu’un mouchoir dans la poche et en plus un tout petit peu usagé. Du coup, de moi-même, je me suis dit que juste un merci, ça serait peut-être mieux.

Jusque là, tout avait bien commencé, son mari devait arriver d’un instant à l’autre et en attendant, j’avais demandé à notre hôtesse de me faire visiter leur loft dans le secret espoir de repérer le parcours qui me conduirait jusqu’à leur piscine. Pour ne pas éveiller les soupçons sur ma démarche, je suis restée super polie et j’en ai fait à peine trop. Je faisais un milliard de compliment par pièce comme : « Whhhaaaaaaaahh, ce parquet est sublime. J’aime beaucoup votre mobilier. On dirait un peu du Ikéa mais en plus vieux. » Bon là, j’ai vu qu’elle avait un peu tiquée. Vraisemblablement, ce n’était pas du Ikéa mais du Napoléon 3. En même temps, on peut pas m’en vouloir, je savais même pas qu’il y avait une enseigne de mobilier qui s’appelait Napoléon 3, j’espère qu’ils vendent pas leurs meubles en kit aussi parce que ça avait l’air un peu lourd tout ce bois. Ah bon, c’est pas une enseigne mais un style, ben fallait le dire… Bon sinon, hier soir, j’ai vu le film « Mensonges et trahisons » avec Edouard Baer, je sais que ça n’a rien à voir avec le récit de mon dîner mondain mais comme je l’ai adoré et que je me voyais mal rédiger une note uniquement pour cette information, somme toute cruciale, ben, je le glisse ici.

Quand, on s’est retrouvé dans le salon, j’ai crû que nous étions dans le Show-room de Bang & Olufsen. Et là, je me suis dit que le monde était vraiment mal fait parce qu’avec leur Télérama (le magazine TV de ceux qui n’aiment pas la TV ) sur la table basse. Leur écran plasma qui fait la taille d’un écran de cinéma a dû leur servir, la dernière fois, pour regarder Apostrophes! Pareil pour la chaîne hifi du 6ème millénaire, c’est le genre de personnes qui ne doit écouter que de la musique classique, c’est pas avec ça qu’ils pourront profiter de la puissance de leurs enceintes.

Leurs 2 enfants qui étaient censés avoir mon âge et qui ont en fait 15 ans et 17 ans (ça fait mal, je vous assure), viennent nous rejoindre. En fait, je crois que la directrice de la communication ne décroche jamais du boulot. Pour elle, on fait partie de la même cible, les 15-25 ans et puis, c’est tout. La prochaine fois, je lui demanderais de sous-segmenter un peu plus, parce que moi, je veux bien faire des efforts mais comme tout le monde, mon adolescence c’est pas la période de ma vie que j’ai préféré alors, je me voyais mal revivre mes malaises existentiels lors de ce dîner.

Nous sommes dans le couloir qui nous mène à ce qui avait été annoncé comme une piscine. Plus que 15 mètres à parcourir et je serai aux anges. J’en profite pour faire encore 2-3 compliments parce que c’est important. Whaaaah, un compteur électrique!! Whaaaah, whaaaah, whaaaah, des interrupteurs…Legrand! »

La DC  : Excuse la, c’est une esthète du détail. Et puis, tu sais je l’ai sortie du caniveau. (Oh c’est marrant, ça me dit quelque chose ce discours, je l’utilise dès que j’ai un peu faim pour que le charmant sous-fifre que l’on appelle aussi stagiaire, aille m’acheter de quoi me faire éviter la crise d’hypoglycémie, au nom de la reconnaissance qu’il me doit pour l’avoir élu). Quand, je l’ai connue, elle venait de débarquer des favelas de Brazzaville. Sans papier, tel un petit animal effrayé, elle ne communiquait pas, mais poussait de petits cris…

Moi : Oui, c’est vrai, je lui dois tout. Et dire qu’avant de la rencontrer, je ne savais même pas que boire du champagne dans des flûtes qui n’étaient pas en cristal était passible de la peine de mort. Pire encore, je ne connaissais même pas les macarons Ladurée. Je ne vivais pas, je survivais…

Nous arrivons dans leur espace bien-être où leur piscine n’est qu’un vulgaire Spa qui ne peut accueillir que 6 personnes. J’étais un peu déçue parce que j’étais quand même venue essentiellement pour la piscine. Mais la DC m’a expliqué que c’était pour mon bien, qu’elle m’avait (un peu) menti. J’étais déjà allée nager le matin et nous étions retournées à la piscine entre 12h et 13h30. Donc, le Spa, si j’étais bien sage, allait pouvoir me permettre de me détendre un peu et puis, elle a aussi décidé que ce n’était pas bien de faire du sport le soir. C’est son mari qui doit être content de sa nouvelle trouvaille.  Un peu énervée et déçue de ne pas avoir pris de livre parce que je sentais bien que j’allais m’ennuyer. Et puis bon au pire, je pourrais toujours aider leur fille à faire ses exercices de maths et lui expliquer le théorème de Thalès et tout ce que l’on découvre à son âge.

Le mari de l’hôtesse ainsi que l’autre couple arrivent à point nommé. Ce qui nous permet après de brèves présentations de passer à table. La table était magnifiquement disposée. Chaque chaise avait en face d’elle, une assiette sans doute en porcelaine (et rangées dans le vaisselier porte du bas à gauche pour les futurs cambrioleurs toujours) avec des verrines déjà préinstallées, 2 verres qui ressemblait plus à du cristal qu’être issue du célébrissime service Nutella ou Maille et une dizaine de couverts par personne. Au départ, j’avoue que je me suis demandé combien de fois, ils s’étaient mariés chacun pour avoir autant de services différents et puis, après, je me suis dit qu’ils devaient juste être riche. Et que le Marianne qui était sur la table basse à côté duTélérama, c’était juste pour montrer leur adhésion à Boboland même si ils ne devaient plus franchement être de gauche, ça leur avait au moins permis de lire un article sur Sarkozy. On m’indiqua ma place, comme à chacun. Le plan de table avait dû recevoir la certification Nadine de Rothschild 2007. Une fois assis à nos places respectives et savamment étudiées, le dîner prenait enfin effet… 

08:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : sexe, blog, gay, séduction, politique, Sarkozy, Zazie

Commentaires

Mes Gucci se languissent de connaître la suite ! Mais où sont les Chanel? Juchées sur la tête pour observer toute la scène ou planquées dans le sac à main?

Écrit par : Pupuce | 22/01/2007

T'as pas fini la soirée dans le spa quand même ?

Écrit par : 4largo | 22/01/2007

J'aimerais bien avoir un vulgaire spa, même 4 places....Il y a des jours où j''y resterais des heures, ....
Je t'embrasse

Écrit par : Lilou | 22/01/2007

Je commençais vraiment à craindre le pire... pendant qu'on annonçait une épidémie de gastro dont certains n'ont pas été épargnés, je te voyais déjà ma chère Amazone atrophiée par le syndrome de l'Amour...
Ne m'en veux pas Lilou, mais infliger un tel virus à cette pauvre Amazone en pleine apogée bloggesque, est peu digne de toi...je me voyais déjà perdre une soeur chacalita.

Donc Lilou tu te charges de la tourmenter de temps en temps notre grande Amazone ( ne la fais pas souffrir non plus) juste de quoi lui provoquer quelques textes incisifs.
CUI tu es pas mal dans cet exercice mais je crains que Lilou ne soit meilleure que toi.

L'Amazone à quand la saison trois de ton dîner mondain... ? j'ai hâte moi, j'ai hâte de savoir ce qui s'est passée...

Quant'à ta proposition de d'adopter ton Papounet, l'idée est séduisante mais tu sais bien que maintenant que j'ai goûté au fruit défendu, je ne m'en prive plus... à moins que ton papounet ait une superbe paire seins et porte des talons aiguilles.. genre Penelope Cruz dans Volver.......hum. Ok j'arrête.

Écrit par : samessa | 22/01/2007

Je ne sais pas pourquoi mais une soirée à 6 (j'ai bien compté ?) qui finit dans un SPA, je la sens cochonne... mais bon.. j'attends la suite en tapant du pied.

Sinon, tu m'as beaucoup fait rire mais nous n'allons plus parler des contantes.

Et puis, quand tu frappes, autrement qu'au visage, tu peux essayer : TOC TOC.. (extrait des 3 petits cochons : TOC TOC -qui est là ? - Un ami! - Par les poils de mon menton, vous êtes le grand méchant loup, allez vous en! )

Écrit par : lib | 23/01/2007

Et en attendant elles font quoi les Chanel??

Écrit par : Frogita | 23/01/2007

pas "des contantes" mais "des constantes"...

Écrit par : lib | 23/01/2007

Stéph, mon bébé, en ce moment, j’ai le blues, c’est pas de ma faute, je n’est plus d’idées …Mais comme dit largo, lorsque l’on est au plus bas, on ne peut que remonter…
Cette époque de l’année je la déteste…Je te souhaite une bonne journée, mais il y a une chose qui m’étonne, tu dis dans ton profil, que tu étales tes problèmes, et que l’on garde les nôtres….Pour une égocentrique, je ne pige pas, tu vois ce que je veux dire !!!!….MDR, Bisous mon bébé….

Écrit par : Lilou | 23/01/2007

> Pupuce et Frogita : Vous venez de mettre le doigt sur le problème n°326 de ma liste : problèmes vitaux à régler aujourd’hui (avant, j’avais une To do, today list mais bon comme, il n’y a plus que des problèmes, autant aller à l’essentiel! Je crois que j’ai le Frogita Power 2006 en moi, là!!). Je ne mets quasiment plus mes Chanel hormis en fin de journée lorsque mes yeux sont véritablement fatigués parce que même juste avec la correction de 0,25 à gauche, j’ai l’impression d’être sur un bateau qui tangue pendant les 10 premières minutes où je les portent et les 20 minutes qui suivent le moment où je les enlèvent. Ce qui est assez problématique, alors je me fie à votre expérience, que faire???

> Lilou : C’est vrai, la construction de la phrase était malheureuse pour le Spa. Je me contenterais même juste d’avoir une baignoire, chez moi. Même si un bon petit jacuzzi, suivi de 20 min de Sauna, une douche bien froide et un hammam voire même pourquoi pas un massage à Ugine ou Méribel. Le tout après une journée de ski par -15°C se laisse plus qu’apprécier… Comme, il me semble déceler la raison de cette période si douloureuse à passer, je m’abstiendrais de toute tentative d’humour parce que sur certains thèmes, je n’y arrive pas et que je n’ai pas envie de rire de tout, alors, je vais me contenter de penser très fort à vous Lilou et de vous rendre votre baiser…

> Samessa : tu m’as, étonnamment, donné envie de voir ce film avec un mec suffisamment en surpoids pour avoir une vraie poitrine et qui déambulerait affublé de ses petits talons aiguilles qui creuseraient un sillon de 20cm d’épaisseur à chacun de ses pas… ah, c’est Peneloppe Cruz, l’actrice principale, bon, ben, il a tout de suite moins d’intérêt ce film!!! Papounet, tu noteras que j’essaye de te caser quand même!! Pour les talons aiguilles, tu peux rien faire?!! T’es sûr? Samessa, Comme Une Image ne suscite plus aucune réaction chez moi, comment pourrais-je être énervée après un pauvre gamin de 38 ans et d’1M80 qui s’effondre en larmes devant la belle et la bête?!! Et en plus qui est de gauche? Le seul peut-être, en France, le tout dernier, si tu veux CUI, tu pourras faire un meeting avec les tout derniers poilus lorsque sera annoncé la victoire écrasante de Corinne Lepage, j’ai tout misé sur elle, c’est pour ça…Et hormis les sondages, son programme, sa connerie, etc.., elle a vraiment toutes les chances de gagner!! Samessa, merci de m’autoriser de tomber amoureuse de temps en temps. Pour la suite, j’ai pas trop envie de l’écrire. Déjà, la 2ème partie, ça ne m’a plus amusée. J’ai juste besoin de faire une pause, je crois. Peut-être que l’envie reviendra (ou pas)…

> 4largo et Lib : AU RAPPORT. Oh, les clowns, vous me faites quoi, là?!! Vous savez que j’ai noirci 4 pages de mon petit carnet Moleskine adoré pour vous livrer cette histoire ; et vous vous faîtes quoi, vous me la bousillez. C’est marqué où que le jeu, c’est de deviner la suite??? C’est inscrit où qu’il faille supputer une suite avec du cul pour que tout le monde l’attende, alors que ça n’avait absolument rien à voir avec ma fin à moi? Et je ne vous fait absolument pas une crise parce que ça m’ennuyait de rédiger la suite, absolument pas, mais vous me voyez dans l’obligation maintenant que vous avez achalandé mon lectorat de vous confier la rédaction de la suite et fin de ce dîner mondain. Vous me faites tous les 2, une version pour vendredi 18h04 et 56sec GMT, dernier délai. Un vote sera établi pour déterminer la meilleure fin. Le gagnant se verra offrir le plaisir d’avoir gagné et le perdant, ben soit le devoir de me verser la modique somme de 50.000€ Italiens (ça fait plus que des Euros français, c’est papounet qui m’a dit ça, pour mon argent de poche) pour me dédommager du préjudice morale subi ou la peine de mort par bain de siège après avoir rédigé une procuration de vote pour Ségolène royal, pas folle la guèpe, on va pas perdre une voix bêtement… Parce que ma fin à moi, c’était pas drôle, c’était pathétique même. Vous vous êtes déjà dit que vous seriez plus à votre place à l’université d’été du Front National ou à lire Minute?? Parce que moi, oui, une fois, ce soir là! Si je faisais la petite ingénue, c’est parce qu’on m’a cantonné au rôle de petite beurette de cité dès mon arrivée… et comme, je ne viens ni de cité, ni suis totalement arabe. La petite beurette, elle les emmerde. J’aime bien, cette expression : beurette, c’est bien dégradant à souhait, ça fait un peu comme dans la phrase : « le beur, l’argent du beur et la beurette ». Ils m’ont exaspéré, dès le départ, avec leur à priori à la con qui me demande d’où je viens, avant de me demander comment je m’appelle et quand , je leur répond : Albertville, ils avaient presque l’air déçus. Alors, j’ai rectifié, enfin à côté d’Albertville, je sais pas si vous connaissez Méknès en Savoie. Et quand pendant toute la soirée, ils vous saoulent avec les jeunes issus de l’immigration qui sont tout autant français qu’eux. Avant d’en venir aux bienfaits de la colonisation, l’Amazone a claqué la porte, leur porte blindée pour se sentir bien en sécurité et les protéger des immigrés sans doute, en prenant bien le soin de les remercier. Parce que c’était à cause de personnes aussi tolérantes qu’elles, que j’étais là où je suis aujourd’hui… et puis, j’en ai profité pour glisser que les petits bobos qu’ils étaient ou avaient été, n’ont rien gardé, la seule chose qui est à gauche aujourd’hui chez eux, c’est leur portefeuille… En fait, ça doit être, ce qu’ils appellent l’intégration, c’est le fait de nous faire intégrer que nous ne seront jamais, à leurs yeux, français, ça ne sert à rien de s’escrimer… c’était ça, ma fin à moi, alors, je vous souhaite bon courage pour rédiger vos histoires, mais moi je veux baiser avec aucun d’entre eux, à la limite avec ma chef comme elle s’est cassée ce matin, c’est plus vraiment une relation professionnelle, du coup, non?

> 4largo : ça permettra de t’occuper l’esprit pendant ces longs jours d’attente!! Je voterais pour toi, de toute façon…

> Lib : Je t’avoue que j’avais l’intention de regarder dans le dictionnaire, le sens du mot «contante» ou tu vas te moquer? CUI, t’as vu, c’est bien déjà, je sais que contente, ça s’écrit avec un «e», je progresse à une vitesse folle, je trouve, non?!! Demain, je vais pouvoir m’attaquer à la lecture de «Martine aux Chandelles», toute seule! Dis-moi, Lib, ton resto, il est pas situé à côté de l’Aimant du Sud, par hasard? A l’intersection du Bd avec la rue Glacière??? Sinon, t’as déjà, frappé à une porte blindée, toi? Ça fait pas vraiment toc-toc, je voulais pas mentir à mes lecteurs chéris, c’est pour ça… Je voterais pour toi Lib aussi.

Écrit par : l'Amazone | 23/01/2007

Ola j'ai juste posé une question moi... tu crois que j'ai pas assez de taf comme ça ? et en plus tu voterais pour Lib !

Écrit par : 4largo | 24/01/2007

Dis, mon bébé, c'est toi, rien que toi, qui a raison, il faut mordre la vie à pleine dents.....Oui mais!!!!J'ai une prothése....Comment il faut faire....Mdr Bisous mon bébé

Écrit par : Lilou | 24/01/2007

Elle allait dans les clubs échangistes, Martine ? 'tin, et moi qui me suis tapée que "Martine à la plage", en baillant aux corneilles.
Sinon, tu me confonds avec le restaurant "la Girondine" et je ne suis pas gironde Madame, moiii.
Mais tu brules...tu brules..

Dans le ton, je vois plutôt une suite écrite par 4Largo. Un truc enlevé avec plein d'humour, c'est son taf, ça...

Écrit par : lib | 25/01/2007

>> Lilou : pourquoi y a t’il, malheureusement, toujours un «mais» dans vos phrases? J’aime pas particulièrement ces phrases qui commencent bien et qui se voit affecter d’une fin terrible par ce petit mot que je commence à exècrer… Mais bon!! Lilou si vous continuez à m’appeler «bébé», je me verrais dans l’obligation de vous appeler «maman», c’est comme vous voulez… A lire le 26/01 à partir de 00h01 (eh, vous trichez pas hein?!!) Joyeux anniversaire Lilou…

>Bon 4largo et Lib, au lieu de vous refiler le bébé et vous défiler pitoyablement. Ah pour faire rire les copains et hypothéquer (ou hypothèser) sur la fin de mon histoire, il y a du monde mais quand il s’agit de fournir un effort, je ne vois plus personne!! Mon petit duo de choc, sachez que vous me décevez grandement…

- 4largo : tu aurais pu écrire : 23h46, l’Amazone étant partie dépitée depuis 20 bonnes minutes, les 5 protagonistes décidèrent de se rendre dans le spa pour détendre un peu l’atmosphère. Laissant toute pudeur à la porte de cet espace, ils se déshabillèrent et rentrèrent un par un dans le spa. Un problème électrique survint. Conclusion : Ils s’électrocutèrent et n’eurent aucun enfant… Comme disait Claude François dans sa baignoire : «l’expérience est une lumière qui n’éclaire que soi-même!!»

- Lib : Tu crois quoi, elle a grandit aussi Martine. Tu vois c’est un peu comme pour Punky Brewster qui a mal tourné. Martine Heïdi et Candy, aujourd’hui, elles ont une vie sexuelle encore plus débridée que Paris Hilton ou Comme Une Image. Il paraîtrait même que Candy se tape Capucin, alors tu vois?!! Toi, pour qui j’aurais, effectivement, voté parce que bon, tu as certains attributs avec lesquels 4largo, ne peux pas lutter: tu es, entre autres, savoyarde!! Tu aurais pu écrire : se souvenant vaguement de la fin des années 60, ils décidèrent de se libérer sexuellement. Conclusion : Ils baisèrent tous et n’eurent aucun enfant (parce que bon à partir d’un certain âge et à la ménopause, à moins de s’appeler Marie, il y a peu de chances d’avoir des bébés).

Voilà le duo de choc, ce n’était pas plus compliqué que ça. D’ailleurs à propos de vous 2, me vient, tout à coup 1 idée: vous savez que vous iriez magnifiquement bien ensemble? Vous êtes tous les 2 d’Aix (bon un d’Aix en Provence et l’autre d’Aix les bains mais si on s’arrête à tous les détails, hein, on finit par ne plus baiser!!). 4largo rêverait d’ouvrir un restaurant et oh tiens quelle coïncidence, Lib en gère un (qui n’est malheureusement pas le restaurant galerie d’art bd Arago qui me voit passer tous les samedis et dimanche dans ma petite tenue de marathonienne!!). Vous avez tous les 2 des problèmes avec votre banquière et ça si c’est pas un signe!! Et là, nonchalamment, je lisais la petite annonce de Lib : « Suite à méchante lettre de ma banque, CHERCHE PLACE DE FEMME AU FOYER auprès d'un mari classe moyenne (selon les nouvelles normes françaises) à l'épaule solide (là si on reconnaît pas 4largo déjà) , type : "ne te fais pas de soucis, je suis là" Rapport sexuel quotidien et fantaisiste (bon 4largo me faisait part du fait que baiser n’est pas une priorité pour lui mais pour faire plaisir à la femme qui partage son lit, il était prêt à tout!), ménage et bonne humeur garantis. Physique agréable et adaptable à tout milieu (tout à fait 4 largo). Esprit Roots ou classe selon demandes (plutôt classe bien que quelques petits côtés roots qui ne nuisent pas à son charme, bien au contraire). Sur Paris et région parisienne (mais plutôt Paris) (bon ça, c’est un détail, parce que bon le TGV Aix-Paris est bien plus rapide que si 4largo vivait dans un pavillon style à pontault Combault ou toute autre ville de profonde banlieue).
Urgent. Etudie toute proposition. Mail ci dessus. » Voilà, voilà… Je vous laisse vous débrouiller maintenant, si vous faites des enfants, vous pouvez en appeler un : Stéphanie, ça me ferait plaisir… Bon, une fois que c’est bouclé, scellé, que le contrat buccal a été signé, mon agence matrimoniale et moi-même s’occuperont de toi pappounet…

Écrit par : l'Amazone | 25/01/2007

C'est pas mal, sauf le passage sur les priorités, celui là faudrait penser à le revoir.

Écrit par : 4largo | 25/01/2007

Amazone,
je crois que tu forces un peu la main de ton cher ami qui ne sait déjà plus comment se dépétrer de cette mauvaise plaisanterie (qui en fait n'en est pas une) et qui, du coup, est surement prêt à te pondre une suite dans la seconde, juste histoire de te faire oublier tous ces points communs qui pourraient, en effet, nous unir. Sauf que moi, je veux bien renoncer à une carrière dont je n'ai jamais vu le bout du nez, mais je réclame le droit à une vie sexuelle épanouie.

Sans transition,
SI tu fais ton jogging près de la galerie d'art, tu pousses un peu plus loin sur le boulevard, direction les gobelins, tu visualises ?, et quand tu vois une terrasse bachée vert pomme tu t'arrêtes et je t'accueillerai les bras ouverts mais avec mes gants Mappa. (de 10h00 à 12h00)

Écrit par : lib | 26/01/2007

> 4largo : Non, j’ai bien compris qu’elle était ta priorité mais c’est mieux si c’est la dame qui est demandeuse. Et puis bon Lib, ne doit pas être du genre à avoir la migraine 46 jours par mois (enfin, j’imagine)…

> Lib : Mais il ne veut que ça Lib. Mr 4largo est né pour t’offrir une vie sexuelle épanouie. Ça aurait été avec plaisir que je serai passée te voir à l’occasion d’une course (évites le terme de jogging, si tu ne veux pas me vexer stp!!)de fin de semaine mais je n’ai pas véritablement envie de me retrouver, ainsi que les 4 bras velus qui m’accompagnent, à faire la vaisselle de la semaine!! Rassures-moi Lib, tes gants Mappa avec lesquels tu voulais m’accueillir, ce ne sont pas ceux qui ont servi à la dernière endoscopie de Comme une Image??? (Juste un petit conseil 100% Marketing comme ça au passage, dis Lib, t’as déjà pensé à décaler les horaires de ton restaurant de 12h à 15h, par exemple, juste pour correspondre avec les horaires de déjeuner de la clientèle?!!)

Écrit par : l'Amazone | 28/01/2007