Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2007

14 février 2007

Soirée du 14 février: whhhhhhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh, whhhhhhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhh, wwwhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh

Alors pour la nuit, les mots me manquent mais c'est de l'ordre de: sensationnelle, extraordinaire, magnifique, sublime, exceptionnelle, étonnante, surprenante, époustouflante,...

Pour toutes les personnes qui préfèrent les notes courtes, il suffit que vous réunissiez les conditions suivantes: vous me réservez une magnifique suite dans un charmant hôtel, un restaurant à tomber et surtout l'élément principal: une femme exceptionnelle...

D'ailleurs pour la personne concernée: merci, merci, merci, merci...

21:49 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (9)

Soirée Bouche à Oreilles...

 Une petite dédicace à Lib, CUI et 4Largo...

 Si vous ne voyez pas le contenu de ce mail, allez sur http://lesaperosdujeudi.pourquoitucours.fr?num=93

10:10 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (3)

13/02/2007

La note la plus gaie de l’année!!!

Souvent, je repense à Sébastien. C’était il y a 5 ans. Mais même après tout ce temps. Il est là bien présent, il plane, au dessus, de ma tête.

Toutes les filles étaient amoureuses de lui, tous les mecs voulaient être son ami. À cause du mystère qu’il dégageait, de son sourire, de ses yeux, de ses blagues qui fusaient comme par hasard en plein cours et qui faisaient mouche, de sa façon nonchalante de lever la main, jamais pour répondre, mais toujours pour aller aux toilettes, ou à l’infirmerie. Pour la phrase «Je vois pas en quoi sauter dans des sacs à patates comme des cons va aider à résorber le problème de la faim dans le monde» alors que le lycée, dans lequel nous étions préparationnaires, organisait un événement pour récupérer des fonds.

Je me souviens de la première fois que je me suis assise à côté de lui. Il parlait pas beaucoup, juste l’essentiel, il n’a jamais parlé pour ne rien dire. Il m’a lancé un : «alors comme ça, c’est toi qui est juste devant moi en philo…pour l’instant », en souriant. Un sourire… je sens encore la longue lame froide qui m’est rentrée dans le coeur quand il m’a souri, la douleur dans la gorge. Une délicieuse douleur.

Il parlait vraiment pas beaucoup. Et moi je parlais trop. Je le faisais rire. Nos rendez-vous (pétards) se sont multipliés, d’après les cours à avant les cours, à entre les cours, à pendant les cours. Parfois il avait pris un trip ou deux, avant de venir, alors forcément c’était là qu’il parlait le plus, et moi je l’écoutais. Je pouvais l’écouter des heures délirer sur n’importe quoi, en le regardant, me parler de sa soeur avec qui il dormait et dont il était pas si secrètement que ça, amoureux. Vu qu’on avait 20 ans, on parlait de refaire le monde aussi, avec des champs d’herbe partout, une anarchie totale, on abolissait l’argent, on arrêtait les guerres, et on rendait le LSD obligatoire, ça c’était encore avant le formatage école supérieure de commerce. Enfin pour moi, parce que lui, il commençait à m’inquiéter un peu, à devenir aussi dépendant à l’alcool, au cannabis et à l’héro.

Mais quand t’as 20 ans, et que t’as la chance de connaître ce mec là, quand t’as le privilège qu’il te raconte ses histoires, quand il interdit aux autres de s’asseoir à côté de lui parce que c’est ta place, et quand il te demande d’entreprendre de le contre-argumenter sur un sujet de philo des parisiennes pour préparer sa khôlle, qu'il t'offre une bague de fiançailles pendant qu’il fredonne “Friday, I’m in love”, tu dis rien. Parce que tu veux pas le perdre.

Un soir, après les cours il s’est dirigé vers chez lui directement. Je lui ai demandé ce qu’il faisait, s’il venait au petit parc. «Tu vas où?» je lui ai crié du trottoir d’en face, alors qu’il s’était déjà éloigné. Il s’est retourné, et il a continué de marcher à reculons et il m’a dit avec son sourire qui me tuait «Je vais me suicider, tu viens?» J’ai ri. J’ai dit «ouais c’est ça, on se voit demain!» et je l’ai regardé partir. «Mais moi j’étais trop loin, j’étais même pas là pour te tendre la main…» Le lendemain matin, bien sûr, il était pas là au petit parc, sur notre banc. Je suis pas restée, du coup. Je suis allée voir au verre à pied, le bar où on allait pendant que les autres apprenaient à programmer en Turbo Pascal ou s’enfilaient des encyclopédies entières. Il n’était pas là. Sa place est restée vide pendant le premier cours. Moi j’ai pas ouvert mon sac, j’ai pas enlevé mon manteau. J’attendais qu’il arrive, comme toujours, en retard, avec son sac sur une épaule, et son carnet de correspondance tout plié avec ses dessins dessus dans la main et son excuse bidon. J’ai regardé la porte pendant les deux premiers cours, et à la récré je suis allée au petit parc, au cas où il y serait. Mais y avait sa soeur, au petit parc. Sur notre banc.

Quand elle m’a vue elle a fondu en larmes, pis elle s’est mise à se balancer d’avant en arrière comme un enfant autiste. Je ne lui ai pas parlé, je suis partie en courant vers l’infirmerie. Parce qu’il y a allait tout le temps, alors il devait forcément y être. L’infirmière pleurait. Quand je suis rentrée, elle m’a dit «Stéphanie, assied-toi…» mais je l’ai pas laissée finir, parce qu’il fallait que je trouve Séb, et je savais où il était. En haut, où il allait fumer quand il pleuvait, cachés, parce que le lycée était non-fumeur, il était assis là depuis le début, et il rigolait bien, comme un con, parce que je le cherchais partout. Il m’avait fait peur, j’allais le taper un peu et puis j’allais lui dire d’arrêter ses conneries. On irait fumer un pet’ après, et on en rirait. Il était pas là. Ni dans les toilettes des garçons. Ni dans aucune salle de classe. Tous les gens que je croisaient me rassuraient. Il a juste trop fumé hier soir, il ne s’est pas réveillé. Il sera là cet après-midi. Oui je sais qu’il sera là cet après-midi parce qu’il FAUT qu’il soit là cet après-midi.

La conseillère pédagogique m’a retrouvée assise dans un coin, hébétée, alors que les cours avaient commencé, et elle m’a emmenée dans son bureau pour me dire qu’elle savait qu’on était proche Sébastien et moi, et que l’infirmerie était ouverte, ou qu’elle était là, si j’avais besoin d’aide. De l’aide pour quoi? Parce-que-Sébastien-s’est-probablement-suicidé-hier-soir-au-volant-de-sa-voiture-il-est-dans-le-coma-je-suis-désolée.

On pourrait penser que c’est le moment où j’ai perdu pied, mais non. Parce que le coma, c’est pas la mort. Il va s’en sortir et on va en rire. On ira au Blue Note draguer comme tous les jeudis à sa sortie de l’hôpital. Le moment où j’ai perdu pied c’est quand l’infirmière est venue m’informer en plein Devoir Surveillé de maths, toujours mon manteau sur le dos et mon sac pas ouvert, que les médecins l’avaient débranché.


J’ai crié, je pense.

J’ai couru, je pense.

J’ai pleuré, je pense.

Je lui en ai voulu, je sais.

Après, je me souviens plus de rien…

19:22 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (12)

Oyé, Oyé…le jour de gloire est arrivé

Nous sommes le 13 février 2007 (enfin pour moi, le 11, je suis dans le TGV 6428, Voiture 5 place 47, qui vient de longer le lac du Bourget et même si je n’ai pas le droit au petit panier repas que se voit remettre chaque membre du Club-Med, je t’écris quand même). Bon trêve de racontage de la misère dans le monde puisque aujourd’hui, le 13 février, soit un jour après la sortie du nouvel album « Totem » de Zazie ou un jour avant la Saint-Valentin mais aussi et surtout : la date jour pour jour de l’anniversaire de mon papounet chéri. Alors :

                       JOYEUX ANNIVERSAIRE PAPA

 

 medium_254176.jpg

Merci pour tout. Je te remercie aussi pour tous les efforts que tu fournis dans le seul but de m’offrir très prochainement une maman puisque comme tu me le confiais pour toi, ça t’es égal d’avoir une femme sublime à la maison, ça ne te fait ni chaud, ni froid même. Si tu le fais, c’est uniquement pour moi : pour que je puisse manger à ma faim, pour que ma nouvelle maman puisse librement venir me raconter une histoire le soir, me borde et me dépose un doux baiser sur le front avant de venir te rejoindre.

 

 medium_200446628-001.jpg  medium_50n.jpg medium_dv1447004.jpg

A ce propos,  je n’aurais qu’une question à vous poser, mesdames : Vous faîtes (CUI, je te laisse rectifier) quoi demain soir??? S la réponse à cette question vous déplaît, n’hésitez pas à envoyer votre candidature à : koyotte_world@hotmail.fr. Oui, vous aussi, vous avez le droit de toucher du bout des doigts le Paradis sur terre ; Je vous laisse imaginer le tableau : VOUS et l’homme idéal dans un somptueux restaurant, ce pourrait être la première phrase de ce livre qu’il reste à écrire, que vous pourrez même librement écrire : « Ma vie, mon rêve, ce conte de fée (avec comme baseline) ou comment tout a commencer en cette soirée du 14 février 2007».

medium_2915320225_08_AA240_SCLZZZZZZZ_.jpgBon si ce livre venait à ne pas s’écrire, je t’offrirais ce livre : Pourquoi les hommes adorent les chieuses?. En parlant de cadeau et comme je sais que je ne réussirais jamais à te détrôner  au niveau de l’évènementiel. Au départ, j’avais pensé faire envoyer une calèche à ton travail après avoir pris le soin d’avoir pris sur le pas de sa porte Eva Longoria pour vous conduire tout deux sur une île paradisiaque ou alors t’offrir un chèque de 5 Mons d’Euros ainsi qu’un magnifique château en Espagne ou ailleurs et une petite Z4 ou une Yamaha XVS Dragstar pour te conduire de la porte d’entrée à la boîte aux lettres. Et puis, je me suis dit que c’était tellement vu et revu que ça ne faisait plus rêver personne. Alors, j’ai décidé de t’offrir (roulement de tambour)… une copie de mon CD de Zazie.

medium_73118739.jpg medium_corps.jpg medium_72135251.jpg

Voilà, j’espère que ce cadeau te fait plaisir. J’étais certaine, de toute façon que ces dépenses d’argent faramineuses citées plus haut n’aurait pu rivaliser avec ta bannière: «Joyeux Anniversaire» le 1er février sur la façade de Tati.

Passe une excellente journée mon petit papounet adoré. Et ne veille pas trop tard ce soir, tu as une très longue et belle journée qui se profile à l’horizon demain mais avant cela profite de chaque secondes de ce jour si particulier : tes 55 ans!!

Place à la musique maintenant, voici une partie de ton cadeau:

 podcast

(Pour toute réclamation à propos de ton cadeau saches que cette note a été programmé et qu’au moment où tu me lis, je suis au Mans, la ville de Steevy!! Et non, ce n’est pas la peine de me demander de te ramener des rillettes, je ne peux pas te lire mais pour te réconforter, dis toi que j’ai failli mettre Papa de Diam’s, alors tu vois, c’est pas si mal Zazie et puis elle respire la joie de vivre cette chanson!!)

12/02/2007

A J-2 du Paradis...

medium_10172255.jpg

Mesdames, l'heure est grave, il ne vous reste plus que 48h pour saturer la boîte mail de l'Homme Idéal incarné en la personne de Koyotte

koyotte_world@hotmail.fr

 Pour finir de vous convaincre, le programme en images de VOTRE soirée de Saint-Valentin:

medium_AB15641.jpg
medium_AB16920.jpg
medium_57563642.jpg
medium_200067952-001.3.jpg
medium_73104080.jpg
medium_6137-001130.jpg
(Je sais que ce sont 2 femmes, mais je n'ai pas d'autres photos dans ma phototèque)
medium_6137-001126.jpg
medium_10172947.jpg
medium_57302015.jpg
Alors, n'oubliez pas:

05/02/2007

Pour vous mesdames, une opportunité exceptionnelle qui ne se présentera qu’une seule fois…

Mesdames,

Aujourd’hui est votre jour de chance, le jour où tous vos rêves d’enfants peuvent enfin se réaliser. Mais pour cela, il ne tient qu’à vous de ne plus refuser le bonheur. Il est à vote porte laissez-le ravager votre vie.

Vous êtes jeune, moins de 45 ans, vous êtes cultivée, drôle et particulièrement belle. D’ailleurs, ont vous fait souvent la remarque: « Mais dis-moi, tu sais que tu ressembles à Daphné Roulier, Zazie, Nina Bouraoui ou Catherine Matausch» ou vous êtes vous-mêmes l’une des 4 personnes citées précédemment. Si oui, hein? Whaaaaaaaaaah, eh madame, vous êtes fort attrayante, j’adooooore tout ce que vous êtes. Si non, je suis sûre que vous disposez d’une personnalité hors-du-commun qui saura pallier ce manque de notoriété passager.

 

medium_valiseninab_g.jpg 
medium_392853-482560.jpg
medium_telerama.3.jpg
medium_c_matausch.jpg

 

Si vous vous êtes reconnue dans la description, vous pouvez constater sur la paume de votre main droite que votre ligne de cœur et de chance vienne de se rejoindre à l’instant. Vous êtes l’élue, la chanceuse, celle qui va accéder au bonheur pour le restant de sa vie.  Vous avez l’opportunité extraordinaire de me faire parvenir votre candidature qui se limitera pour commencer à une lettre de motivation pour justifier de votre intérêt à rencontrer LE Prince Charmant : l’homme aux milles qualités et à un seul défaut: pensez uniquement à votre bonheur et y contribuer chaque seconde. Vous l’avez sans doute reconnu, il s’agit de (roulement de tambour, hola générale et musique de la RATP  : tin-lin-lin: Suite à un incident voyageur, le trafic est interrompu sur l’ensemble de nos lignes, veuillez vous débrouillez par vos propres moyens tintlinlin. Tinlinlin, le problème serait lié à un suicide collectif de la part de femmes déçues de ne pas correspondre au profil tinlinlin. Je crois que si je bossais à la RATP , je m’amuserais toute la journée avec la petite musique: tinlinlin: le charmant jeune homme à la chemise rouge et à l’œil pas du tout épilé est prié de se déshabiller pour éviter d’entraver le bon fonctionnement du service tinlinlin. Tinlinlin Eh la madame avec le petit air pinçé, faudrait un peu vous détendre, vous aviez l’air beaucoup moins coincé aux chandelles hier soir- tinlinlin. Tinlinlin, (enfin bon, je pense que vous avez compris que je pourrais m’amuser pendant des centaines d’années avec cette petite musique. Allez une dernière parce qu’autrement, je sais que ça vous manquerait considérablement et que ça pourrait même gâcher votre journée: TIN-LIN-LIN (en dolby-surround)).

 

medium_200339036-001.jpg        medium_200364991-001.jpg

 

Bon le Prince Charmant auquel aucune femme jusqu’à présent n’a résisté, c’est bien évidemment Brad Pitt et si toutefois, il n’était pas disponible, ce pourrait être son représentant français (j’entends déjà les cris de joie des filles de Tokyo à Chicago): KOYOTTE et vous ne perdez absolument rien au change, loin de là même. Koyotte est mille fois plus drôle, plus charmant et en plus, il parle français (argument non négligeable, vous en conviendrez).

 

medium_200067952-001.2.jpg medium_72655759.jpg

 

Son anniversaire est le 13 février et il a décidé de partager un peu de sa joie de vivre et de son bonheur en vous proposant de vous inviter lors d’un merveilleux dîner en sa charmante compagnie le lendemain soit le 14 février. Bon pour les filles, je vous rappelle que le 14 février, c’est le jour de la Saint-Valentin , donc si vous hésitiez encore (comment on fait pour encore hésiter, c’est l’homme idéal, Koyotte), je me disais que ça pourrait peut-être vous intéressée de passer une agréable soirée avec le plus bel homme au monde plutôt qu’en compagnie de votre célibat, mais c’est vous qui voyez!! Enfin, j’imagine (ça ne m’est jamais arrivée!!) que c’est assez pathétique de passer la Saint-Valentin absolument toute seule madame, alors que vous pourriez vous voir offrir des fleurs, dîner dans un endroit comme le Georges V ou la Tour d’Argent (l’homme idéal se réserve un droit de modifier le lieu suivant ses moyens pour éventuellement remplacer par : un grec ou Flunch!!), rire aux éclats et se demander pourquoi vous n’avez pas rencontrer l’homme de votre vie avant.

 

medium_200457054-001.jpg

 

Pour la suite, je vous laisserai l’écrire tous les deux puis nous la raconter…

 

Vous n’avez plus que 8 jours pour profiter de cette offre exceptionnelle, alors ne la laissez pas filer…

N.B. : Si toutefois, la femme idéale ne parlait pas français, je peux librement traduire ce texte en : anglais, allemand, arabe, hébreu et japonais… N’est-ce pas Eva Longoria et consoeurs?

(Lilou, voilà, c’est ça du Marketing)

(Koyotte : je t’ai vendu comme si je croyais à fond en toi, alors ne me déçois pas!! Sois le vrai Lover que tu es)

** Avertissement ** (illustration sonore : non pas le Tin-linlin de la RATP mais carrément la sirène d’Alerte Enlèvement, vous voyez le truc qui fait flipper même Joey Starr et qui me fait penser qu’on vit quand même dans un pays où l’insécurité est partout, ah ben tiens, je vais adhérer à l’UMP, moi, enfin bref, revenons à la sirène) : Ce message et cette opportunité bien qu’exceptionnelle ne s’adresse absolument pas à Lilou. Lilou, je sais que vous êtes particulièrement généreuse et que vous défendez bon nombre de causes philanthropiques mais là, je préfèrerais que vous continuiez à vous intéressez à sa fille. Désolée papounet mais je conserve la perle rare, la femme exceptionnelle qui me fait rêver pour te laisser toutes les autres…)

 

01/02/2007

Le Pull-Over Rouge...qui en fait est kaki...

Si vous travailliez avec moi, vous auriez pu assister à ça, hier matin:

Un collègue (que nous appellerons Nicolas, oui je sais, je fais une fixation sur ce prénom!): Pourquoi tu souris? Toi t’as encore baisé ou t’es allée nager, non?

Moi : Non, non, ni l’un (malheureusement!), ni l’autre. Si je souris, c’est à cause de ton pull qui m’intrigue. C’est ta grand-mère qui te l’a tricoté pour tes 8 ans?

Nicolas : Qu’est-ce qu’il a mon pull? Il est très bien… Je trouve même que ça met en valeur mes beaux yeux bleus dont tu raffoles tant…

Moi : fantasmes, fantasmes, j’avais même pas remarqué que t’avais les yeux bleus, tu vois! Avec le kaki de ton pull, c’est presque une agression visuelle que j’ai même pas la force de poser le regard sur toi. Mais cela dit, tu peux toujours vendre un œil et t’offrir une nouvelle garde-robe ailleurs que chez Damart. C’est les soldes chez Damart ou quoi? Toute la collection 1923 à moitié prix? A moins que ce soit un hommage à l’Abbé Pierre, tu l’as eu pour 1€20 à Emmaüs?

Nicolas : Non, c’est ma copine qui me l’a offert.

Moi : Ah oui, je comprend mieux. Ce pull, c’est un peu comme un antivol, elle t’aurait gravé: «Propriété privée», ça aurait été pareil. Tu vois, avec cette couleur là, elle sait qu’elle peut te laisser sortir tranquille. Au pire, si t’as l’air un peu triste, un SDF te donneras peut-être une petite pièce!! Tu sais que c’est pas mon genre mais je vais être obligée de sévir (là, j’ai mis mes Chanel, je trouve que ça fait plus la femme dominatrice qui privatise les Chandelles pour chacune de ses soirées!). Tu n’es pas que Nicolas pendant tes horaires de travail, tu représentes la boîte. Le port de ce pull est une faute grave. Je me vois donc dans l’obligation de te dresser ton 1er avertissement vestimentaire et au 3ème, tu sais ce qu’il arrive, hein?!! C’est le relooking!!!

Nicolas : Oh non, pitié pas Evelyne Thomas!!

Vous aimeriez bien travailler avec moi, n’est-ce pas???

 

(PS: Pour Yoann, un énorme merci...)