Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2007

J'ai deux amours: mon pays et Paris...

ça fait deux semaines que je consacre mon vendredi soir à quelque chose d'exceptionnel, qui me fascine même et dont je n'arrive pas à me lasser. Avant, le vendredi soir, je sortais, je voyais mes amis, je draguais, je me faisais draguer, je m'amusais, je jouais, je dînais au restaurant, enfin, je faisais comme vous quoi... Et puis, j'en ai eu marre de ce divertissement Pascalien... J'en ai eu marre de fuir l'idée que j'allais mourir, j'ai voulu me sentir vivre, au contraire....

Alors, j'ai chaussé mes baskets, enfilé ma tenue de course et j'ai couru, couru, couru, à perdre haleine. Courir sans savoir où j'allais. Comme en moto, première à gauche puis à droite puis à gauche, puis (enfin bon, je pense que vous avez compris l'idée...)

Et puis plus, j'avançais et plus je me disais que c'était magnifique Paris quand même. Bêtement, je m'étais habituée au décor sublime de cette ville, et là, j'étais subjuguée par tout ce que mes yeux voyaient: le jardin du Luxembourg, le Sénat, la fontaine Saint-Michel, les quais de Seine, la résidence de Chirac, le Pont-Neuf, le Louvre, les Pyramides, et puis là, mes yeux s'écarquillèrent encore plus à la vue de l'arc de triomphe du jardin des Tuileries, la Tour Eiffel à gauche, la concorde, les Champs-Elysées, la Défense, la grande roue, le musée des arts décoratifs: 360° de bonheur...

Et c'est à ce moment précis que j'ai eu un orgasme occulaire (il est vrai qu'il ne me reste plus que celui ci maintenant mais ma libido ayant pris la fuite aussi, je me contente très bien de celui-là)... Et le pire, c'est que je ne me lasse pas, vendredi soir, j'y suis retournée et j'ai à nouveau ressenti cet éblouissement sans précédent comme lorsque l'on découvre le corps d'une femme pour la première fois, j'ai failli pleurer de bonheur (ou de douleur parce que c'est quand même à 45min de chez moi, cet orgasme. ça fait un peu long les préliminaires, mais bon quand on aime, on compte pas!!!)

Personnellement, j'adore cette expression: "Orgasme occulaire" et si ce n'était pas moi qui l'avait inventé, j'aurais crié au génie mais là, je me contente de le penser très, très fort!!