Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Comment foirer sa vie en 3 leçons et seulement 3 jours… | Page d'accueil | Un week-end en montagnes russes... »

25/02/2008

Bien vivre une relation à distance...

 "Albertine Maurice, spécialiste des problèmes de couple et auteur de "100 façons de pimenter sa vie de couple", nous explique les tenants et les aboutissants d'une relation d'amour à distance.

 

Peut-on voir des avantages dans une relation amoureuse à distance ?

Oui, on n'est pas dans la proximité physique de l'autre. On peut donc le fantasmer, l'idéaliser. Opérer ce que Stendhal appelait une "cristallisation amoureuse", sans crainte d'être déçu par une maladresse, un vilain défaut ou une sale tête au réveil. La séparation rend le couple plus fort et dans une certaine mesure, entretient la flamme. On évite les conflits (on se voit si rarement) et la routine (chaque rencontre est une fête). On a pleinement envie de se consacrer l'un à l'autre quand on se voit.

 

Comment gérer cette situation au mieux pour que tout se passe bien ?

La première des choses est de se dire que l'on forme, malgré tout, un couple. Avoir confiance dans ce lien. Ensuite, je crois qu'il faut profiter pleinement des moments à deux : ce sont des périodes privilégiées où l'on va se séduire à nouveau, se redécouvrir, avec tous les risques que cela comporte, car les émotions sont au summum et le moindre problème de santé, la plus petite panne sexuelle, peuvent devenir des drames. Il faut également s'adresser régulièrement des signaux. Pas de façon obsessionnelle mais éviter les longues périodes sans signe de vie. Pour ma part, je préfère le courrier postal ou électronique aux appels téléphoniques qui sont parfois dévastateurs (l'appel téléphonique est inquisiteur et laisse libre cours à toutes les interprétations). Enfin, dernier conseil : si votre relation amoureuse échoue, ne culpabilisez pas et ne remettez pas en cause le problème de distance.

 

Quelles sont les limites d'un amour à distance ?

On ne connaît pas vraiment la vie au quotidien avec l'autre, le partage des mêmes espaces, de la même temporalité. De plus, la relation à distance n'autorise pas le face-à-face, la confrontation et les conflits qui sont un puissant moteur de la créativité dans le couple. La relation est amputée d'une large part d'elle-même : la co-présence incarnée, ici et maintenant, des deux amoureux.

 

A partir de quel moment devient-elle dangereuse pour l'équilibre du couple ?

Quand l'un des deux ou les deux partenaires ne sont pas en paix avec eux-mêmes et qu'ils n'ont pas réglé un certain nombre de questions personnelles qui relèvent d'ailleurs plus de la peur que de l'amour : jalousie, possessivité excessive, volonté de contrôle de l'autre. Là, il y a danger pour la relation. Vivre une relation à distance nécessite une certaine sagesse et une bonne dose de confiance en soi. Si on ne les a pas, l'équilibre du couple est en jeu. Autre danger : l'incertitude quant à la date de la prochaine rencontre. Les exemples montrent qu'à long terme la relation ne peut pas durer. Il faut pouvoir s'accrocher à ce rêve : "Dans un mois, six mois, à Noël, je vais le revoir." L'incapacité pour l'un des partenaires à supporter la solitude est également susceptible de fragiliser la relation : en cas de problème, vous pouvez être tenté de chercher une autre épaule pour apaiser votre chagrin, ce qui n'est pas un souci en soi, mais peut le devenir... "

 

 

Vos témoignages sont les bienvenus...

21:25 | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Quand j'étais une jeune fille en fleur, l'année du bac, 900 kilomètres me séparait de mon amoureux...et comme on était fauché, on prenait pas souvent le train, et encore moins l'avion...Mais qu'est-ce qu'on s'écrivait ! C'est la plus belle correspondance de ma vie. Ça a duré plus d'un an, presque 2 je crois. Puis le fameux dicton "loin des yeux..." a fait son oeuvre, d'autant que, comme il est dit dans l'article, on n'avait jamais de date certaine à laquelle on se retrouverait.

Écrit par : Ada | 27/02/2008

Quand j'étais un garçon en fleur, j'étais amoureux d'une fille qui était, elle, amoureuse d'un Américain. Je lui disais que c'était nul, l'amour avec la distance, invivable. Par conviction, pas par jalousie.
Et puis sa relation a cassé.
Et puis elle en a noué une autre, avec un autre Américain ! Dingue, non ? Mais celui-ci a fini par la rejoindre en France et il vivent heureux avec des enfants depuis des années. Mais dans le même appartement.



Quand j'étais un jeune homme déjà un peu plus mûr, j'ai eu pendant 1 an ½ une relation avec 1500 km de distance. On se voyait peu, je travaillais, elle travaillait. Ce n'était pas tellement une question de finance mais de temps (quoi que les finances comptaient, tout de même). On s'écrivait à un rythme hallucinant (Internet n'existait pas encore !) et ce fut comme pour Ada la plus belle correspondance de ma vie.

Et puis est venu le temps où ses études à l'étranger s'achevèrent, elle me rejoint à Paris où nous nous installâmes ensemble et 14 ans après, nous dormons toujours dans le même lit au quotidien.

Alors, oui, l'amour à distance, ça marche, mais avec la perspective que cette distance s'annule dans un délai « raisonnable » (là, ça devient subjectif : à chiffrer en mois ou en années ?).

Dans ton cas, si j'ai bien compris, la distance n'est que le 2e problème. Le 1er, c'est plutôt que l'être aimé n'est pas « libre ».

Écrit par : Comme une image | 13/03/2008

Je suis encore une fille en fleur, mais plus en pleurs bien qu'il soit reparti... 17 000 bornes plus ou moins, quelle idée elle a la France d'avoir des terres aussi loin outre-mer...

Six mois à faire connaissance par le Net, quatre jours ensemble, sept mois à profiter de la modernité d'Internet et d'MSN, une semaine à profiter de l'autre... Dans quatre mois la distance se réduira à presque rien, à tellement moins.

On a accepté la distance parce qu'elle n'était que pour un an et quelques à compter du moment où ça a débuté...
Pour plus, je ne pense pas que je l'aurais accepté.
Le premier départ était le plus dur, le second moins, ayant la certitude cette fois de le retrouver par la suite.

La distance compte c'est certain, mais comme dit juste avant la disponibilité importe tellement également !

Écrit par : Gabrielle | 19/03/2008

> Ada, Comme une image et Gabrielle: Bon ben je vois que vous aussi étant étudiants, vous avez fait la fortune de la Poste avec ces courriers si plaisant à lire, à écrire et même à relire des années plus tard...

Écrit par : l'Amazone | 24/03/2008

Je vie actuellement une relation à distance avec un mec que j'ai rencontrer sur sorencontre.fr, jusqu'ici tout semble parfait et on envisage même une réelle rencontre l'année prochaine!

Écrit par : Rencontre gratuite | 12/09/2013