Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2008

C'est la fin d'une histoire...

3701-002126.jpg
 

 

  "C’est vrai, ce beau roman avait bien commencé
Mais les dernières pages sont bêtes à pleurer

Quand on se fait plus de mal que de bien
Vouloir continuer ne rime à rien."  

 

 

 

 

Sois aussi heureuse que l'on puisse l'être dans ta nouvelle vie Cathy.

 

Tes magnifiques yeux bleus ont cessé de briller en ma présence. A deux pas de mon coeur, ils me semblaient si loin déjà, à la recherche d'un autre regard dans lequel se plonger, à la recherche d'une autre femme qui les feront rêver, à la recherche de celle vers qui l'Amour te guidera et qui effacera une à une d'un doux revers de la main chacune de tes larmes dont je fus la cause et qui prirent naissance de ces yeux dangereusement bleus qui ne demandaient pourtant, comme elle te le fera découvrir, qu'à sourire et pleurer mais de joie cette fois, m'effaçant ainsi, peu à peu, de tes yeux, de ton coeur comme de ta vie pour prendre place à jamais dans ce magnifique pays qu'est: l'oubli.

 

Ciao, Ciao Bambina. Prends soin de toi

 

21/08/2008

Soirée Filles - Vendredi 22 août sur le Quai...

flyer%2022%20aout-200.jpg

 Hey Girls, let the Music play!!!

5973-000433.jpg 
6137-000190.jpg

13/08/2008

Fin de la partie 2 (ou du réconfort avant l'effort!)

De: Laurent

A: Stéphanie

Objet: Re: Merci la Gazelle du Luxembourg ;-))

 

Tu as raison d'avoir fait ce choix... En plus le fait d'avoir pris ce recul pendant ce week-end prolongé, cela a dû te faire du bien. C'est vrai que c'est plus facile à dire qu'a faire mais tu mérites tellement mieux !!!! tu as tout pour toi...tu es mimi tout plein...sportive, douce, souriante, intelligente et avec un super caractère ! que demander de plus??? Des femmes se battraient pour cela...je pense que tu trouveras la bonne personne...c'est sûr !!!! Elle ne te méritais pas c'est tout...les gens qui jouent ne cherchent qu'à reporter sur les autres leurs propres mal-être et ça " c'est tout, sauf de l'amour !!! " Cela a un nom : de l'égoïsme et rien d'autre. Maintenant ne t'abîme pas plus avec cette histoire et prends le temps pour toi. Sans précipitations. Et tu verras doucement mais sûrement les choses et les gens viendront à toi...et tu rencontreras l'amour...sois juste patiente et n'attends rien...et là tout viendra à toi...

Préserves-toi juste et ne te donne pas à des gens qui ne te mérite pas...car on ne doit pas s'abîmer pour les mauvaises raisons...
Pour moi même si le tableau paraît idyllique, rien n'est jamais gagné. Quand on veut faire bien et satisfaire tout le monde sans faire de mal c'est très difficile...Du haut de mes 36 ans, j'ai compris beaucoup de choses aujourd'hui et je suis au clair avec moi-même. Je me sens mieux ... grâce à toi et au sport... Alors ;o)) 19h devant l'entrée principale du Jardin du Luxembourg, c'est bon pour ma gazelle préférée ? Tu te videras la tête et ça nous permettra de nous défouler à petites foulées. Tu verras au bout du 30ème ou 40ème tour ... tu ne penseras plus du tout à elle, je te le garantis !!!
Je te bisoute tout plein et te dis à tout à l'heure,
Lolo

11/08/2008

Fin de la partie…

 
 

Il y a un mois, jour pour jour, j’étais bien, je venais de passer 48H en sa compagnie et à cette heure-ci, je la rejoignais à proximité de chez son frère pour pouvoir accompagner sa maman et elle (bien évidemment) pour un ravissant tour en bateau-mouche sur la Seine. Aussi étrange que cela puisse paraitre, après 6ans de vie à Paris et de nombreuses visites antérieures, c’était la toute première fois que je naviguais sur la Seine. Et j’ai trouvé absolument charmant de découvrir tous ces monuments qui jouxtent les quais de Seine pourtant emprunté quasi-quotidiennement sous un autre angle.

 

Et puis, elle était là, à côté de moi, et c’est là que je compris enfin le sens de cette phrase que ma grand-mère se plait à répéter aussi souvent que mon grand-père lui manque : « On n’est jamais bien quelque part, on est bien avec quelqu’un ». Et là, j’avoue que je me sentais tellement bien que j’avais fini par me persuader que les étoiles que je voyais était dans mes yeux et non sur la Tour Eiffel qui s’était parée de bleu pour l’occasion.

 

Et puis, on est passée sous le pont « des vœux » alors j’ai fermé les yeux, souhaité du plus profond de mon être qu’elle soit à tout jamais débarrassée de tout problèmes de santé avant de déposer un doux baiser sur sa joue et espérer que ce pont, le destin, Dieu ou tout simplement la médecine réalise ce vœu dans les plus brefs délais. (Avec un peu de recul peut-être aurait-il fallu que je me montre un peu plus égoïste et demander à ce pont magique que nous nous aimions aussi longtemps qu’il a mit et qu’il mettra en valeur l’île Saint-Louis). Comme le temps avait choisi de galoper aussi vite que mon cœur battait la chamade, la ballade pris fin bien vite.

 

De nouveau à quai, nous nous orientons vers la Place de la Madeleine pour pouvoir rejoindre la rue Royale et le salon de thé Ladurée. Je la dévore des yeux et bois ses paroles avant de daigner m’intéresser pourtant à leurs si bons macarons. Je la sais très proche de sa maman et comprends dès la 1ère seconde où je la vis pourquoi. Elle a la maman que tout le monde aurait rêvé d’avoir. Je suis sûre que Ferrero pense à la maman de Catherine avant de tourner une pub pour Nutella ou pour les barres Kinder. Elle incarne si bien l’image parfaite de la maman idéale : drôle, douce, cultivée, attentionnée, rayonnante de beauté, distinguée, charmante…

 

 

 

De manière analogue à sa fille, il y a quelque chose que je ne saurai expliquer qui se dégage d’elle, une sorte d’halo de lumière qui ne cesse de me fasciner et puis des yeux mais des yeux, d’un bleu à faire chavirer mon petit cœur. Ah si j’avais eu 3 ans de moins ;-)), je crois qu’à défaut d’avoir réussi à conquérir la fille, j’aurai tout tenté pour séduire sa maman. Elles forment un couple si parfait que ça en est impressionnant. Déambulant dans les rues de Paris bras dessus, bras dessous entourées de tout l’amour qu’elles éprouvent l’une pour l’autre, je me demande si c’est la fille qui tient sa maman ou l’inverse. Elles apparaissent comme indestructibles, indissociables et magnifiquement complémentaires.

 

Et puis ce temps qui défile aussi vite que les larmes qui jailliront de mes yeux quand ils s’apercevront que je ne suis plus qu’à 2heures de la fin de mon Compte Epargne Catherine. Ah ces maudites échéances, ce compte-à-rebours qui fait que chacune de nos rencontres avant même de commencer est déjà chronométrées. L’heure du retour a sonné. Nous regagnons l’appartement de son frère pour laisser sa maman se reposer un peu, le temps que nous nous disions, ce que je pensais à l’époque être un « au revoir » et qui se transforma aujourd’hui même en un « adieu ». Si j’étais partie pleine d’espoir après ses quelques heures passées ensemble, d’envie de tout recommencer à zéro, amoureuse comme au premier jour et souhaitant de tout mon coeur prendre le temps de bâtir une histoire beaucoup plus stable. Une histoire qui aurait pu s’inscrire dans l’histoire sous les termes si glorieux « d’amitié » ou « d’amour » et qui ne portera, finalement, que les 3 misérables lettres qui composent le mot « F-I-N ».

 

 

 

Un mois plus tard, en ce 11 aôut 2008, je n’ai plus jamais réentendu le son de sa voix. Pas d'explication, ni de motif apparent, je ne comprends toujours pas et fini par être aussi perdue qu'elle est en train de me perdre. Pour elle faire l’amour doit être équivalent à prendre un thé chez Ladurée, un moment agréable et distrayant mais absolument pas un engagement ou un témoignage d’amour ou même tout simplement de désir comme je le perçois pour ma part. Elle a toujours eu du mal à conjuguer le verbe « aimer » en particulier à la première personne du singulier mais là, je crois qu’elle confond même les verbes « aimer » et « jouer ». Et comme, je l’ « aime » et que je n’ai vraiment plus envie de « jouer », c’est aussi aujourd’hui que la partie a fini…

 

- Fin -

07/08/2008

So Nice !!!

Vacances, j’oublie tout, plus rien à faire du tout, je m’envoie en l’air, ça …ce serait vraiment super !!

 

Préambule :

 

Après une reprise du travail assez mouvementée et plus que chargée, je décide de prolonger un peu les vacances en invitant ma meilleure amie pour un charmant week-end en Normandie.

Dès le mardi, les prévisions météos pour la moitié Nord du pays en ce 1er week-end d’août ne sont guère optimistes à Changement de programme à envisager. Je lui propose de nous rendre à Albertville, Biarritz, Toulouse, Avignon, Apt ou toute autre ville susceptible d’être ensoleillée. Réponse : « Tu veux pas qu’on aille à Baccarat plutôt ? En plus comme ça, on pourra aller dans le super spa dont tu m’as parlé… »  «T’es gentille, tu OUBLIES. T’as pas une autre (meilleure) proposition que celle-ci ?!! »

 

100_4547.JPG   100_4566.JPG

 

Ma meilleure amie a besoin de se rendre à Nice pour régler un litige auprès de l’Agence qui gère la location de ses studios. Autant joindre l’utile à l’agréable à Deauville se transforme donc en : Nice.

Après avoir réservé nos billets d’avion, se pose ensuite le problème de l’hébergement. Après avoir essayé de contacter une dizaine d’hôtels, je me rends vite compte que nous n’avons pas choisi le meilleur week-end !! A part, une suite au Negresco (et encore !), les juilletistes et les aoutiens ne nous ont rien laissé.

Me souvenant avoir été contacté par un hôtel 4 étoiles (sublime) à Vence pour réaliser une étude de faisabilité, il y a un peu moins de 2 ans, je décide de reprendre contact avec la Directrice. Bingo !! Elle voudrait commencer les travaux et souhaiterait être orientée sur quelques points. Bon ben voilà, le problème de l’hébergement est règlé (restauration et taxi aussi).

« Y a plus qu’à » maintenant. Ne pouvant pas arriver (complètement) les mains dans les poches, j’appelle Christelle (mon ex) pour qu’elle m’envoie les plans de réaménagement (en croisant les doigts pour qu’elle les ait gardés). Les plans en mains, je passe une nuit sulfureuse en compagnie de … Word pour rédiger un semblant de dossier !

 

Le Week-end :

 

Samedi 2 Août : Après un réveil en fanfare à 5h06, puis une course effrénée après l’Orly Bus, je retrouve ma meilleure amie étincelante et radieuse. Nous déclarons (enfin) officiellement et solennellement le début de ce week-end de repos tant attendu.

 

A peine après avoir quitté le tarmac de l’aéroport de Nice, nous voici accueillies par la Directrice de l’hôtel, en personne. Une fois à bord de sa décapotable, nous prîmes, à vive allure, la direction de Vence.

 

8463_04.jpg

 

Fraîchement arrivées à l’hôtel, son mari vient nous annoncer la mauvaise nouvelle : il ne reste plus qu’une … suite ! Tant pis, nous ferons avec !!! Après avoir déposé nos affaires, considérer longuement et avec nostalgie le lit « King Size » dans lequel Christelle et moi avions passé une nuit très, très courte mais ô combien mémorable ! Nous redescendons à la réception pour travailler au plus vite et surtout être libérées le plus tôt possible. Après 2 heures de travail intensives, nous nous voyons proposer de déjeuner dans ce cadre idyllique. J’essaie de finaliser les derniers points entre deux tranches de foie gras. Mon amie ayant RDV à 15h à Nice, je prétexte la volonté de compléter l’étude de marché par une visite des environs pour appeler un taxi et nous éclipser.

 

8463_08.jpg  450641.jpg

 

Le studio de mon amie est situé à 2 pas de la Promenade des Anglais, je l’attends sur la plage, profitant enfin de ce week-end de repos. A l’issue de son RDV, elle me rejoint, souriante comme jamais. Je suis si contente de revoir ce sourire depuis si longtemps porté disparu. Nous jouons dans le sable comme si nous avions 4 ans. Elle rayonne de joie et je nage dans le bonheur. Nous sommes si bien que nous ne voyons pas le temps passé. Déjà 19h30. Nous rentrons. Somptueux dîner-boulot au bord de l’eau. La Directrice nous propose de nous ouvrir la piscine intérieure, le sauna et hammam, rien que pour nous. Au sourire de mon amie, je vois que nous venons de faire un trait sur notre sortie en boîte pour une soirée détente, ce qui me ravit aussi. La lune est presque pleine et nous l’admirons depuis le bord de la piscine allongées sur nos transats, un cocktail à la main. Ah la dolce vita ! Le tableau idéal d’un week-end idéal en somme. Enfin ça c’était jusqu’au drame !

 

8463_02.jpg  8463_06.jpg

 

Ma meilleure amie me lance :

 -         « Tu sais que t’es quand même pas trop mal foutue ? »

-         (sourire) « Oh maman, pourquoi tu m’as faite si belle ?!! T’es pas mal non plus, tu sais !»

-         Tu penses à quoi, Steph ?  Tu penses à elle ?

-         Qui « elle » ?

-         Celle avec qui tu aimerais être ici à ma place.

-         Oui (soupir) mais bon encore faudrait-il qu’elle le souhaite aussi et c’est loin d’être le cas.

-         Ah oui ?

-         Elle en a rien à faire de moi. Je ne suis qu’un jouet pour elle. Plus ça va et plus je suis persuadée qu’elle ne m’aime pas. Ce n’est pas possible autrement, de toute façon…

-         Pourquoi tu ne mets pas un terme à tout ça, alors ?

-         Si je n’étais pas autant accrochée à elle, ce serait la meilleure chose à faire. Mais là, j’ai l’impression, à chaque fois, d’avorter une histoire qui pourrait être magnifique. Alors, j’y cr..

-         Mais avant toi, elle n’avait jamais connue d’autre femme ?

-         Non

-         Tu sais que des fois, je me dis que j’aimerai bien essayé

-         Quoi ? De tomber amoureuse d’une personne qui ne t’aime pas ?! Je te le déconseille vraiment !

-         Tu m’as très bien comprise…

-         Ah bon ?

-         La semaine dernière, j’ai fait un rêve, tu étais là, tu m’embrassais et c’était si tendre, si doux, que je me disais que j’aimerai bien essayer une fois pour voir…

-         Hein ??? Fais attention, je sais pas si c’est ton jus d’orange, les hormones ou le soleil, mais ton cerveau n’a plus l’air d’être irrigué…

-         Non mais c’était juste un rêve…

-         Ah tu me rassures, et bien nous avons qu’à fixer une conférence téléphonique entre nos 2 inconscients pour qu’ils s’adonnent à des ébats sans précédents !

-         Tu n’as jamais eu envie de moi ?

-         Euh … non ! T’es ma meilleure amie. Je te considère comme ma grande sœur. Tu es très belle. Si je te rencontrais dans la rue, tu me ferais certainement craquer mais là, non, j’ai jamais eu de désir pour toi. Désolée !!

-         Tu n’as pas envie de m’initier ?

-         Oh putain, je savais qu’une femme enceinte était chiante mais à ce point là. Non, je n’ai pas envie, c’est clair ? Tu veux pas te lever, marcher sur 20 mètres dans cette direction, tendre la main, appuyer sur le gros bouton, prendre une douche bien glacée, te remettre les idées en place et revenir ?!!

-         Je suis sûre que tu fais très bien l’amour en plus. Tant qu’à faire autant profiter de la suite, non ?

-         NON ! D’une, je préfère te laisser croire que je suis un bon coup plutôt que de te décevoir !! Et de deux, rappelles-moi qui c’est qui en tombant par hasard sur le sms d’une godiche sur le portable de son mari était dans la seconde qui suit en train de se renseigner sur la procédure de divorce et a contacté un détective pour le faire filer ?!! Oh ben tiens, c’était toi, tu sais la femme la plus fidèle au monde, celle qui profite du premier petit week-end venu pour vouloir se taper sa meilleure amie lesbienne. Non mais sérieusement pourquoi tu ne peux pas avoir simplement envie de fraise, de chocolat ou de cornichons comme toutes les autres femmes enceintes au monde ? Bon, moi, je vais au Hammam puis je vais aller me coucher…sur le canapé.

-         Tu ne sais pas ce que tu perds.

-         Oh si, je le sais, trop bien même. Je gagne une magnifique occasion de me fracasser le dos sur le canapé et puis surtout, je ne te perds pas toi. Et ça aussi étrange que cela puisse te paraître j’y tiens énormément encore plus que de satisfaire ma libido ou non…

 

 8463_09.jpg  1086457.jpg

 

Et dire que ce week-end devait être reposant !! Heureusement dès ce soir, je m’envole pour 3 jours et demi à Marrakech, pour un week-end qui cette fois-ci devrait être placé sous le signe de la détente…

 

Vacances, j’oublie tout, plus rien à faire du tout. Je m’envoie pas en l’air, ça … ce serait vraiment super !!