Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2007

Les 5 raisons (entre autres) qui font que je ne veux pas d'enfants...

Depuis la semaine dernière et jusqu’à hier soir, j’ai été amenée à garder le fils d’une amie partie en séminaire et dont le père a quelques problèmes à se souvenir qu’il a un enfant pensant certainement que l’argent qu’il envoie chaque mois comblera son absence et ses défaillances (mais bref passons). Voici quelques unes des raisons qui m’ont conduites à penser que je n’aurais jamais d’enfants ou alors que ce serait peut-être mieux pour l’humanité si je n’en avais pas:

 

Raison n°1 : Bon d’abord, la raison qui m’est venue de suite en tête est mon homosexualité associée au fait que je ne sois pas hermaphrodite me poussent fortement à penser que je ne dispose pas voire même pas du tout de la réserve de sperme suffisante pour entamer le processus (eh les mecs, c’est pas un appel au don, hein, vous pouvez ranger votre générosité et le reste!!). Quel dommage!!! Non, mais je sais qu’il existe nombre de solutions pour concevoir un enfant tout en étant homosexuelle mais pour certains sujets, je préfère m’attacher au problème plutôt qu’essayer de trouver des solutions. Pour une fois que c’est presque un avantage d’être lesbienne, autant ne pas trop s’attarder sur les solutions qui ne me permettraient pas de me complaire dans mon malheur, somme toute très relatif. Disons que je prends sur moi et que le non-désir d’enfant m’aide un peu dans mon combat quotidien pour ne pas en avoir…

 

Raison n°2 : Disons que je souffre de quelques problèmes organisationnels amplifié par une ponctualité à toute épreuve même à celle du temps si bien que j’arrive toujours en retard. La preuve par l’image : Je l’ai gardé 1 semaine. Et pendant cette semaine, j’étais censée allée le chercher à la halte-garderie soit avant 18H45. Comme, je n’ai réussit à me libérer qu’une seule fois pour le récupérer avant le temps imparti. Je vous rassure, hein, le reste du temps, sa nounou est venue le chercher, il n’a pas fini au commissariat ou quoi que ce soit d’autre, je ne suis quand même pas une mère temporaire indigne! Et LA fois où je suis allée le chercher à la halte garderie, disons que ça ne s’est pas passé comme je l’espérais. Parce que même si j’avais réussi à cocher un à un les éléments de ma liste «to do today», que j’ai commencé à ranger mes affaires, éteindre mon ordinateur pour me diriger vers ma veste et m’en saisir avant d’entamer une course effrénée pour réussir à choper le bus parce qu’il est déjà 18h18. Il y a toujours un collègue qui vient pour te demander un truc super urgent à valider tout de suite après avoir lu les 234 pages qu’il a entre les mains. Bon, je respire et choisis entre me faire une nocturne : working by night in Paris (la soirée la moins chère et la moins fun de la capitale, youhouh!) ou lancer: un «écoutes, je te fais confiance, ça à l’air bien (présenté!) et puis de toute façon, tu sais comment, ça se passe ici, c’est: «sois bon ou dégages» (ou tu prends tes responsabilités et tu me fais pas chier, y a un petit garçon de 4ans et demi qui est sur le trottoir pendant que tu me parles) donc, je te laisse relire (et passer la nuit dessus) et te laisse le soin de l’envoyer. Juste si tu peux supprimer mon nom, au cas où, hein?!!» La base du management, c’est de savoir déléguer et connaître une petite phrase de Peter Drucker à glisser, ça peut aider… 18h20: je m’éclipse après un au revoir général pour foncer prendre le bus. J’arrive à la halte-garderie à 18h43, montre en main. C’est un peu un record personnel. Il ne reste plus que 2 enfants. Mon petit bonhomme se précipite vers moi, la directrice aussi. Elle me demande si je viens chercher le petit Nicolas (on l’appellera comme ça). Et des fois, je sais pas pourquoi mais mes lèvres s’agitent sans que mon cerveau soit vraiment informé et à la source de mes mots. Ce qui donne un : «Oui, mais l’autre, le petit blondinet, il a l’air plus mignon, je vais prendre celui-là, finalement!». Et forcément, je tombe sur une directrice dont la dernière personne qui l’a vu rire ne doit plus être toute jeune depuis le temps et me demande si j’ai une pièce d’identité pour la photocopier. Comme je n’ai pas de pièces d’identité, ni pris l’autorisation de venir prendre le petit Nicolas que je m’étais rédigée et signée à la place de sa mère. Je tente un «oh, oh, I’m rigoling madame» en lui faisant mes yeux tout mignons ; Et bon, là comme tout le monde, elle a craqué. Pas pour moi, hein, par les pleurs du petit Nicolas (ouais parce qu’en plus d’avoir le moins beau, je me récoltes le chouineur!) et aussi le fait qu’il était 18h50. Je pensais être sortie d’affaire lorsqu’une toute petite main (pendant que l’autre farfouillait désespérément dans son nez! C’est pas mon enfant à moi, que les choses soient claires!!) était dans la mienne et me conduisait à son domicile. Mais une fois arrivée, alors que je n’avais qu’une envie: dormir. J’ai vite compris que c’était juste le début de l’enfer, je devais faire tout ce que la nounou faisait jusqu’alors: jouer avec lui, l’aider à faire ses devoirs (à ce propos, c’est un truc de malade, ça, il n’est qu’à la maternelle quand même pas en prépas), préparer le repas, lui trouver une occupation pendant que je prépare le repas, faire couler son bain, réparer tout ce qu’il a cassé et colorié pendant que je préparais à manger et que je m’occupais de son bain, lui faire prendre son bain, le faire manger, appeler sa maman (ça, je dois dire que c’est ce que j’ai le mieux réussis), lui faire se brosser ses petites quenottes avant d’enfiler son pyjama et de filer au lit, lui inventer une histoire rien que pour lui avec le méchant loup: Sarkozy (quoi, y a pas d’âge pour le conditionnement idéologique!!) et avoir la bonne idée de le faire participer à l’élaboration de l’histoire, ce qui n’a absolument pas le but de l’endormir mais plutôt de l’exciter. Du coup, j’ai pris un livre bien chiant pour qu’il s’endorme, «Finance d’entreprise» 1112 pages pour qu’il comprenne que sa maman ne s’amuse pas lorsqu’elle va travailler et qu’il a intérêt à bien travailler à l’école s’il veut faire un métier moins, comment dire … chiant, comme du marketing ou de la communication, il a intérêt à bien travailler à l’école et pour ça, il doit se coucher tôt – CQFD. Et puis au pire si tu ne dors pas dans 5 minutes, je peux toujours t’assommer avec, c’est à toi de voir! Et non, je doute que ta maman te laisse faire du trampoline sur son lit à 23h56, ni jouer au foot, ni manger tous les bonbons, d’ailleurs... Et non, tu n’as pas soif, tu as l’impression d’avoir soif, ce qui, du point de vue de la législation française, ne constitue pas un motif pour te lever, maintenant fermes les yeux et DORS…

 

Bon compte-tenu de la longueur de la raison N°2, vous aurez le droit dans un second épisode au récit du WE dernier que Nicolas et moi avons passé à la campagne, au milieu de rien, non mais là vraiment, pas juste parce que c’est loin de Paris!! C’était à deux pas (1 journée de marche, traduit littéralement) de Marly-Gomont de Kamini ou comment chaque seconde de chaque instant peut se transformer en drame… (whhaaah, on dirait presque un teaser pour un film du lundi soir sur TF1!!) Et aussi, je voulais vous demander quand vous prenez le temps de concocter un plat compliqué que vous avez laissé mijoter des heures comme une pizza surgelée et que vous récoltez un: «j’aime pas trop quand c’est toi qui fait à manger». Comment peut-on préférer la cantine à ma cuisine??? Rassurez-moi, c’est juste que le goût n’est pas encore développé à 4 ans, c’est tout, hein???

22/01/2007

Moi, mon dîner mondain et moi… 2/3

(Ding-dong)

En vrai, on a frappé à la porte mais je ne savais pas comment retranscrire par écrit le bruit. Je pense que cette précision est absolument indispensable et il y a de fortes chances pour que ça n’ait absolument aucun intérêt par la suite…

Après 43 secondes d’attente, la porte blindée (je précise pour les futurs cambrioleurs!) s’entrouvre. Laissant percevoir derrière elle, une femme tout droit sortie de l’une des vitrines de l’avenue Montaigne. Pour les non parisiens, ça signifie que lorsqu’on la regarde, on voit le nombre de k€ que lui a coûté tout ce qu’elle porte scintiller dans nos yeux. Elle portait à ravir aussi bien sa quarantaine que sa robe qui ne venait certainement pas d’H&M.

Face à l’étendue du loft, je me sens toute petite, presque impressionnée par tout cet espace, je regrette que la directrice de communication, n’est pas garée sa voiture dans le salon. Ça m’aurait rassurée de savoir que j’aurais pu me déplacer avec sa voiture et me servir du GPS pour me déplacer entre 2 pièces sans me perdre. A bien y regarder, je me dis que leur salon doit faire la taille de tout mon appartement et encore sans compter la mezzanine. Juste pour faire le ménage chez eux, ils doivent prendre 2 jours de congé par semaine en plus des week-ends. Oui, j’ai des considérations de femme au foyer mais au bout d’un moment, je veux bien vous raconter des histoires mais le quotidien revient vite et le ménage se fait pas tout seul chez moi, mais comme eux, dès que je peux, je prends une femme de ménage, parce que faut pas déconner, c’est loin d’être une passion, chez moi…)

Elle propose de nous prendre nos manteaux. Et là, j’ai été un peu gênée, parce que je savais pas trop ce qui se faisait. Si je devais ou non, lui glisser un petit billet, au passage, comme dans les hôtels classes lorsque le monsieur habillé en Playmobil monte les bagages. Et puis le problème s’est vite résolu avec le fait que je n’avais plus qu’un mouchoir dans la poche et en plus un tout petit peu usagé. Du coup, de moi-même, je me suis dit que juste un merci, ça serait peut-être mieux.

Jusque là, tout avait bien commencé, son mari devait arriver d’un instant à l’autre et en attendant, j’avais demandé à notre hôtesse de me faire visiter leur loft dans le secret espoir de repérer le parcours qui me conduirait jusqu’à leur piscine. Pour ne pas éveiller les soupçons sur ma démarche, je suis restée super polie et j’en ai fait à peine trop. Je faisais un milliard de compliment par pièce comme : « Whhhaaaaaaaahh, ce parquet est sublime. J’aime beaucoup votre mobilier. On dirait un peu du Ikéa mais en plus vieux. » Bon là, j’ai vu qu’elle avait un peu tiquée. Vraisemblablement, ce n’était pas du Ikéa mais du Napoléon 3. En même temps, on peut pas m’en vouloir, je savais même pas qu’il y avait une enseigne de mobilier qui s’appelait Napoléon 3, j’espère qu’ils vendent pas leurs meubles en kit aussi parce que ça avait l’air un peu lourd tout ce bois. Ah bon, c’est pas une enseigne mais un style, ben fallait le dire… Bon sinon, hier soir, j’ai vu le film « Mensonges et trahisons » avec Edouard Baer, je sais que ça n’a rien à voir avec le récit de mon dîner mondain mais comme je l’ai adoré et que je me voyais mal rédiger une note uniquement pour cette information, somme toute cruciale, ben, je le glisse ici.

Quand, on s’est retrouvé dans le salon, j’ai crû que nous étions dans le Show-room de Bang & Olufsen. Et là, je me suis dit que le monde était vraiment mal fait parce qu’avec leur Télérama (le magazine TV de ceux qui n’aiment pas la TV ) sur la table basse. Leur écran plasma qui fait la taille d’un écran de cinéma a dû leur servir, la dernière fois, pour regarder Apostrophes! Pareil pour la chaîne hifi du 6ème millénaire, c’est le genre de personnes qui ne doit écouter que de la musique classique, c’est pas avec ça qu’ils pourront profiter de la puissance de leurs enceintes.

Leurs 2 enfants qui étaient censés avoir mon âge et qui ont en fait 15 ans et 17 ans (ça fait mal, je vous assure), viennent nous rejoindre. En fait, je crois que la directrice de la communication ne décroche jamais du boulot. Pour elle, on fait partie de la même cible, les 15-25 ans et puis, c’est tout. La prochaine fois, je lui demanderais de sous-segmenter un peu plus, parce que moi, je veux bien faire des efforts mais comme tout le monde, mon adolescence c’est pas la période de ma vie que j’ai préféré alors, je me voyais mal revivre mes malaises existentiels lors de ce dîner.

Nous sommes dans le couloir qui nous mène à ce qui avait été annoncé comme une piscine. Plus que 15 mètres à parcourir et je serai aux anges. J’en profite pour faire encore 2-3 compliments parce que c’est important. Whaaaah, un compteur électrique!! Whaaaah, whaaaah, whaaaah, des interrupteurs…Legrand! »

La DC  : Excuse la, c’est une esthète du détail. Et puis, tu sais je l’ai sortie du caniveau. (Oh c’est marrant, ça me dit quelque chose ce discours, je l’utilise dès que j’ai un peu faim pour que le charmant sous-fifre que l’on appelle aussi stagiaire, aille m’acheter de quoi me faire éviter la crise d’hypoglycémie, au nom de la reconnaissance qu’il me doit pour l’avoir élu). Quand, je l’ai connue, elle venait de débarquer des favelas de Brazzaville. Sans papier, tel un petit animal effrayé, elle ne communiquait pas, mais poussait de petits cris…

Moi : Oui, c’est vrai, je lui dois tout. Et dire qu’avant de la rencontrer, je ne savais même pas que boire du champagne dans des flûtes qui n’étaient pas en cristal était passible de la peine de mort. Pire encore, je ne connaissais même pas les macarons Ladurée. Je ne vivais pas, je survivais…

Nous arrivons dans leur espace bien-être où leur piscine n’est qu’un vulgaire Spa qui ne peut accueillir que 6 personnes. J’étais un peu déçue parce que j’étais quand même venue essentiellement pour la piscine. Mais la DC m’a expliqué que c’était pour mon bien, qu’elle m’avait (un peu) menti. J’étais déjà allée nager le matin et nous étions retournées à la piscine entre 12h et 13h30. Donc, le Spa, si j’étais bien sage, allait pouvoir me permettre de me détendre un peu et puis, elle a aussi décidé que ce n’était pas bien de faire du sport le soir. C’est son mari qui doit être content de sa nouvelle trouvaille.  Un peu énervée et déçue de ne pas avoir pris de livre parce que je sentais bien que j’allais m’ennuyer. Et puis bon au pire, je pourrais toujours aider leur fille à faire ses exercices de maths et lui expliquer le théorème de Thalès et tout ce que l’on découvre à son âge.

Le mari de l’hôtesse ainsi que l’autre couple arrivent à point nommé. Ce qui nous permet après de brèves présentations de passer à table. La table était magnifiquement disposée. Chaque chaise avait en face d’elle, une assiette sans doute en porcelaine (et rangées dans le vaisselier porte du bas à gauche pour les futurs cambrioleurs toujours) avec des verrines déjà préinstallées, 2 verres qui ressemblait plus à du cristal qu’être issue du célébrissime service Nutella ou Maille et une dizaine de couverts par personne. Au départ, j’avoue que je me suis demandé combien de fois, ils s’étaient mariés chacun pour avoir autant de services différents et puis, après, je me suis dit qu’ils devaient juste être riche. Et que le Marianne qui était sur la table basse à côté duTélérama, c’était juste pour montrer leur adhésion à Boboland même si ils ne devaient plus franchement être de gauche, ça leur avait au moins permis de lire un article sur Sarkozy. On m’indiqua ma place, comme à chacun. Le plan de table avait dû recevoir la certification Nadine de Rothschild 2007. Une fois assis à nos places respectives et savamment étudiées, le dîner prenait enfin effet… 

09/01/2007

Moi, un dîner mondain et moi…

Eh, vous avez vu ? vous avez vu ? Je vais dans des dîners mondains. Ça claque, hein ? Tout ça, c’est depuis que j’ai mes Chanel. A un moment, j’ai même hésité à aller vivre dans l’une des suites du Ritz pour qu’elles soient plus à l’aise et dans leur élément. Puis quand j’ai vu le montant d’une seule petite nuit, mes Chanel ont failli tomber de mon nez, ce qui m’a permis de comprendre qu’elles préféraient la simplicité…

 

Mais bon revenons à mon dîner mondain (whhhhhhaaah, la classe!). En route pour une petite analèpse (c’est un clin d’œil à CUI et Lib, j’aurais pu dire Flashback, mais pour une fois que je peux être cuistre autant sauter sur l’occasion, parce que bon, je ne suis pas sûre qu’elle se représente…). Tout a commencé, il y a un peu moins d’un mois. C’était juste après L’EVENEMENT : l’adoption de mes Chanel (comme vous l’avez deviné vous-même!! Je tiens, tout de même à vous rassurer, j’ai d’autres sujets de conversation que mes Chanel comme mes 2 autres paires de lunettes, les offres promotionnelles d’Afflelou, les meilleurs ophtalmologues de France, etc…)

 

La directrice de communication, qui est aussi un peu ma chef, (mais pas complètement parce que le département marketing se dispute aussi pour m’avoir) me proposa : ça te dirait de venir jouer les pique-assiettes jeudi 4 janvier chez M. xxxx (4largo et Koyotte, les x, c’est pas pour Marc Dorcel!! C’est juste que compte-tenu de la suite, je ne suis pas sûre qu’à défaut de sa dignité, il ne souhaite pas conserver son anonymat…)

 

Moi : Mais, ça va pas se voir ? Si on pique les assiettes ?

 

La D.C . : (là elle rigole, mais c’est parce qu’elle est bon public et aussi et surtout parce qu’elle a envie que je vienne). Tu viens alors ?

 

Sauf que moi, j’avais pas trop, trop envie… Je me méfie toujours de ces plans où on te dit que tu vas vraiment t’amuser, ça va être super et puis on te supplie pour venir pour au final, ne pas qu’elle s’ennuie…

 

Moi : Oui, avec grand… Ohh nooon, c’est le 4 janvier. Mince, j’avais cru le 14 janvier. Je peux pas le 4 janvier, c’est le jour où je me coupe les ongles!!

 

La DC  : Eh ben, tu viendras après ?

 

Moi : Ben non, après je compte mes cheveux, c’est important. Tu vois, c’est pas que je veux pas, loin de là même, mais je peux pas…

 

La DC  : C’est dommage. Tes Chanel étaient invitées aussi. Je t’aurais bien vu avec tes lunettes en train de te constituer ton réseau. Tu sais que sans réseau, dans le métier, on est mort. Mais bon, tu fais comme tu veux, hein, si tu veux stagner toute ta vie et décevoir, du même coup, tes Chanel, c’est toi qui vois…

 

Vous avez vu, elle est pas chef pour rien ?!!

 

Moi : je peux venir avec mes lunettes ???

 

La DC  : Bien sûr. Même s’il sera peut-être plus prudent de les ôter lorsque tu aligneras les longueurs dans leur piscine chauffée…

 

Moi : Hein ??? On peut pas y aller maintenant tout de suite ?

 

La DC  : je sais pas pourquoi mais je savais que t’allais venir !!

 

Moi : C’est une soirée déguisée/costumée? Ou je peux venir avec mon jean et mes converses, en civil, quoi ?

 

La DC  : Euhhh, c’est quand même pas un week-end en Normandie que je te propose. Viens comme t’es habillée d’habitude, ce sera parfait… (Et un compliment, un compliment pour l’Amazone, chaud devant!!)

 

Moi : Dis, tu crois que je peux prendre un livre si je m’ennuie pendant que vous parlez de tout ce qui est fait en France pour défavoriser les riches à être encore plus riche et tous ces trucs pour lesquels je me sens malheureusement pas encore concernée…

 

La DC  : T’inquiètes pas, tu vas pas t’ennuyer entre la piscine et je crois qu’ils ont même des enfants de ton âge…

 

Ça c’est le genre de remarque que j’adore : « des enfants de ton âge » Arghhhh, pourquoi, ça m’arrive toujours à moi, ces trucs là? Dis Chronos, tu peux pas me faire un petit truc fissa comme me rajouter 10 ans discrètement, parce que ça m’énerve d’être toujours considérée comme le bébé…

 

La DC  : Et puis, je serai là…

 

Et voilà, comment un mois plus tard, je me retrouve en route pour le dîner mondain. Au volant de sa X5, intérieur cuir et boîte automatique, elle adopte la conduite sportive qui va avec. Si bien qu’elle ne se laisse plus guider par la voix autoritaire prisonnière du capot : « Dans 50 mètres, tournez à gauche », alors je tente de ma petite voix : « Dans 5 mètres, prenez le virage à gauche au frein à main » . Mais, je me rends vite compte qu’elle n’est pas très joueuse lorsqu’elle m’assène affolée : « Surtout, tu ne prends AUCUNE INITIATIVE… » Pff, c'était juste pour aider, moi, que je disais ça et puis aussi parce que j'aime prendre les virages au frein à main...

 

Après avoir tourné pendant 3h30 et quelques journées, elle trouve enfin une place à un peu moins de 75km du loft dans lequel nous étions conviées : ma chef, mes lunettes et moi…

 

(Ding-Dong)

 

-A suivre-

03/01/2007

Moi, mes vacances et moi…

Epuisée et affublée des mêmes cernes que VGE (oui, j’avais atteint le top du glamour, je sais!), mes vacances arrivèrent à point nommé. Je passa ma dernière nuit de l’année à Paris avec Elle avec qui je fêta avec un peu de retard la journée mondiale de l’orgasme et avec un peu d’avance la fête internationale organisée pour les 1 mois d’obtention de mes sublimes Chanel anciennement connu sous le nom de Noël. Parmi ses cadeaux, je reçois l’Intégrale de Mafalda (à qui, je lui fait penser. J’arrive toujours pas à savoir si c’est un compliment ou pas) 896 pages soit approximativement 25kg pour ce cadeau que je décide d’emmener avec moi en Savoie. Tant pis si il prenait les ¾ de mon sac de voyage et pèse des tonnes, la cruelle absence de «Elle» fut beaucoup plus lourde à porter. Un peu Complètement  perdue entre Elle et Lilou, je crois que j’étais heureuse de partir et enfin pouvoir retrouver celle qui m’a toujours fait rêver : la montagne. Pour ceux qui s’attendaient à ce qu’une 3ème personne fasse irruption à la place de la montagne, je suis au regret de vous annoncer que j’étais déjà suffisamment perdue pour ne pas rajouter encore une 3ème voie possible à ma vie sentimentale. Donc pour tous ceux qui s’attendaient à ce que je leur raconte que j’ai baisé toutes mes vacances, ben désolée de vous décevoir mais vous pouvez arrêter votre lecture ici (CUI et 4largo, merci d’être passé!), j’ai été sage comme une image (et là, je ne parle pas du célébrissime burpeur et correcteur d’orthographe!) et donc très loin de Miss C à Courchevel (désolée de te décevoir Samessa!). Ce fut le néant absolu, même une nonne aurait eu plus de choses à vous raconter. Bon, je vous livre mes vacances en vrac et en résumé parce que sinon, ça va encore être plus long que l’œuvre entière de Proust… D’ailleurs, je me demandais pourquoi on dit «les» vacances et «le» travail, je suis pas fonctionnaire moi, j’ai quand même nettement plus de jour de travail que de vacances. Bref passons, je sais pas pourquoi mais je sens que ça va être long!! En même temps, ça fait plus de 10 jours que vous ne m’avez pas lu, si ça peut excuser…

Mode: loose on :

Vous vous souvenez de la fille qui censée être un peu plus futée que les autres ou qui tout du moins s’était auto-proclamée parce qu’avec ces sublimes Chanel, elle avait eu l’idée de faire ses achats de Noël sur le site Internet de la fnac? Eh ben, cette même personne s’est retrouvée avec cette commande livrée là où était organisé Noël mais … le 30/12!!! Allez, on l’applaudit bien fort : Clap-Clap-Clap. Comment on fait pour expliquer à ses petits cousins que les cadeaux ne sont pas encore arrivés?? Non mais sans me décrédibiliser et les laisser croire en l’existence du Père-Noël. Bon du coup, j’ai dû les culpabiliser un peu : «T’es sûr que t’as été bien sage cette année ?!!»

 

 Mode : Médiatrice du conflit familial ou comment le conflit du Proche-Orient s’invite à notre table :

La moitié de ma famille est juive, d’autres sont musulmans et même certains chrétiens, du coup, je ne sais même plus si on fêtait Hanoukka, Noël, l’Aïd-el-kébir ou les 1 mois de mes Chanel, mais comme chaque année, j’ai eu l’impression de passer le 25 décembre dans la bande de Gaza. Chaque camp se partageant Israël la dinde et finit par se lancer des cailloux marrons accompagnant la dinde des phrases du style Dieu est amour mais toi, je t’aime pas parce que t’as pas le même Dieu que moi… En même temps, je regardais mes parents et je me disais, vous n’auriez pas l’adresse de Roschdy Zem, par hasard ? Parce que s’il était tenté de faire une suite à son film «Mauvaise Foi», pas la peine qu’il se casse la tête pour les décors et les acteurs, il peut venir chez moi un 25 décembre…

 

Mode : Et si je voyais ma vie sentimentale défiler devant moi?:

Au début des vacances, j’étais dans la ville où j’ai passé mes 17 premières années avant de m’envoler pour de très, très longues et brillantes études (hors université tout naturellement mais cela 4largo et Koyotte l’auront rectifié d’eux-même!!) Je me promenais en (centre-)ville (la ville n’est pas suffisamment grande pour que l’on puise dire qu’il y ai un centre, mais bon…) lorsque je rencontre M… accompagné de sa femme et de ses 3 enfants. Comment faire pour ne pas les observer tous les 5, lui et sa petite famille, considérer la vie qu’il allait m’offrir et ne pas être heureuse d’être passée à côté de cette vie bien rangée mais aussi me laisser à penser que tout aurait été tellement plus facile avec lui qu’avec elle(s)? Comment ne pas douter de ma réaction à venir lorsqu’il me glisse en me faisant la bise: « Je t’aime encore, appelle moi… » même si je sais pertinemment  que je ne l’appellerais pas. Je m’interdis de ressurgir dans sa vie pour tout bouleversé alors que je suis incapable de dire si je l’ai vraiment aimé.

Et puis allez parce qu’on ne doute jamais assez, j’ai eu le droit aussi à la 1 384ème scène de ce film qui me semble sans fin : « Je t’aime/Tu m’aimes bien et Tu m’aimes/Je ne t’aime plus».  Je ne sais même pas pourquoi, j’ai accepté de la revoir. Sans doute pour essayer de répondre à cette question: Est-ce que je l’ai vraiment aimé ou si tout simplement, j’ai aimé l’idée qu’elle m'aime? Et pourtant, cette question c’est elle qui me la pose. Je lui dis que je crois que non et là, je sais que je mens, que j’aurais très bien pu répondre oui aussi. Comment fait-on pour être sûre de ses sentiments? C’est pour elle que j’ai répondu non parce qu’elle avait l’air si heureuse avec son copain. J’ai préféré continuer cette histoire dans laquelle nos amours se sont croisés pour ne jamais se rencontrer…

Et je tiens à préciser que non, je ne me suis pas tapée tout le monde mais que comme c’est une petite ville, on est souvent amenés à se recroiser, c’est tout. En fait, je sais pas si c’est la ville qui est petite ou le monde? Parce qu’en repartant à la voiture-bar du TGV, il y avait D… qui était en Terminale avec moi et bon que je me suis aussi tapée mais furtivement et puis, il y a aussi J… qui était en prépas à Valence et que je retrouve à la station de métro que j’emprunte quotidiennement pour repartir du travail et où lui distribue « Direct-Soir » mais bon avec lui, il ne s’est rien passé, faut pas abuser non plus, je ne suis pas en charge du recensement!!

Voilà donc j’étais partie pleine de doutes et la ferme intention de bien réfléchir à ne blesser personne entre Lilou et «Elle», paumée face à l’ambivalence de mes sentiments et puis l’envie de prendre un peu de recul sur la situation. La fin des vacances est arrivée, j’étais encore plus perdue qu’en partant. Après tout, je verrais bien, les choses se passeront comme elles devront se passer. Je n’ai que 50% de la suite de chacune des 2 histoires entre les mains. J’ai juste envie de continuer à être sincère avec « Elle » et  Lilou.  A bonnes entendeuses...

 

Mode : Repos obligatoire ou comment j’aurais pu profiter de mes jours de congés pour dormir si seulement je savais me reposer :

J’ai fait des grasses matinées jusqu’à 8h (whaaaah!!!). Et puis, j’en ai profité pour faire du sport parce qu’avec tout ce temps libre, la pauvre petite Amazone était un peu déstabilisée presque elle nous as fait le syndrome de la  nostalgie inversée, ça vous est déjà arrivez vous d’être en congé depuis 2 jours (oui, ça s’appelle aussi un week-end) et d’avoir envie de retourner travailler le lundi ?? Non, je me disais aussi. Eh, ben moi, ça m’est arrivé presque tous les jours. En fait, je crois que je suis la fille la plus prévisible au monde et que j’aime bien mes petites habitudes ou alors c’était peut-être mon injection de chlore quotidienne qui m’a manqué, je sais pas trop en fait…Parce que vers le mardi 26 quand mes collègues se sont souvenus de mon existence et ont confondu «en congé» avec «télétravail», ça m’a tout de suite moins manqué!

Ah oui et puis aussi ces vacances ont été l’occasion de vivre une grande désillusion. Avec mes 7 ans de basket en club, je pensais être au moins la meilleure joueuse de basket au monde, enfin je l’ai cru et proclamé à la face de la moitié de la population mondiale jusqu’au vendredi 29/12/06, date à laquelle, j’ai pris ma première correction (puis en vinrent 2 autres pour bien valider cet état de fait). Du coup,  je me demandais si vous n’avez jamais joué en club, que vous êtes une fille pas très habile de ses mains et que vous mesurez moins d’un mètre 20, en gros si vous êtes une petite fille de 4 ans, vous voulez pas joué au basket avec moi et si vous perdez devenir mon amie? Parce qu’en réfléchissant bien si j’ai perdu, c’est parce qu’il est un garçon, il mesure 1m92 et il joue encore en club, c’est tout et puis aussi parce que j’avais mis mes lunettes derrière le panier (par peur de les faire tomber) et du coup, j’ai pas marqué parce que je pensais que les vibrations occasionnées pouvaient briser les verres de mes Chanel, c’est pour ça! Vous savez vous ce que ça peut occasionner le battement d’ailes d’un papillon ?? Alors l’Amazone qui tente un 3 points, je vous laisse imaginer. Air ball du soir : espoir…En fait si j’ai perdu c’est uniquement pour vous éviter un tsunami ou une gigantesque tornade qui aurait ravagé entièrement la planète. Si si c’est tout à fait plausible et NON, je ne suis pas une mauvaise perdante, c’est juste que c’est un peu douloureux au niveau de mon ego, c’est tout. Et puis surtout ne me remerciez pas d’avoir sauvé l’humanité et surtout le plus important mes lunettes, ça ne m’a pas vraiment demandé d’efforts. Et puis de toute façon, je le bats à plates coutures en natation, en luges, en raquettes, au squash, au tir à l’arc, sans parler de la course à pied, du ski et du domaine sur lequel personne ne peut rivaliser : mon ego surdimensionné!  

Ah oui et sinon, elles se sont bien passées dans l’ensemble ces vacances. J’ai profiter de la présence d’amis pour faire visiter à mes lunettes : Annecy, Val d’Isère et Megève… Et elles ont eu l’air de beaucoup apprécier !!

Voilà, voilà…

22/12/2006

Passage de Relais...

Je ne sais pas si vous connaissez la grande FatimZahra, auteur-compositeur-interprète et humoriste de sa propre vie. Elle a un vrai talent pour l’écriture, d’ailleurs, je vous incite à vous rendre sur son blog où vous pourrez lire ceci (je le mets pour les fainéants qui n’aurait pas la force de cliquer):

 

"Put your hands up in the air...

Aaaaaaaaaare youuuuuuuuuuu Readyyyyyyyyy!!!  (lisez-le façon DJ dans une boîte en campagne... française la campagne bien évidemment!)


A mon tour, je reprends le "flambeau" tendu tour à tour par Meriem et Le3zaoui (il était lourd à porter) et vous livre mes secrets musicaux (Shuuuuuut!! Ne le dites à personne)

Celle depuis toujours : Ya hala b ha tol – Kadem essaher 

Celle du moment : Ecrire - Zazie

Celle qui donne chaud partout : Sexual Healings - Marvin Gaye

Celle qui déménage grave : Baraka men lkhouf - Big

Celle à l’insu de son plein gré : Manbita al A7rar - Royaume du Maroc

L’inavouable: I know what you want - Mariah Carey et Busta Rhymes

Je passe donc le relais à Sanachitana, Bsima, MSM, B2, l'Amazone et yassine"

 

Et vous avez vu, vous avez vu, Madame FatimZahra passe le relais à l’Amazone et l’Amazone, c’est moi. Donc, je voulais aussi faire comme la dame, elle a dit mais je vais avoir besoin de temps pour me remettre du fait qu’il y ait d’autres chanteurs que ZAZIE. D’ailleurs vous avez vu qui elle écoute FatimZahra, en ce moment : Zazie, quand je vous disais qu’elle était bien, cette petite.

 

Bon, je vais pas vous infliger mon classement musical mais vous faire découvrir des blogeuses que j’apprécie beaucoup :

 

Celle depuis toujours : Miss Chacalita

Celles du moment : Lilou, FatimZahra et Lib

Celle qui donne chaud partout : Lilou

Celles qui déménagent grave : Lilou, Punky et Frogita

Celle à l’insu de son plein gré : Samessa et Il et Elle

L’inavouable : UMP Grandes écoles (eh mais, vous n’y allez pas, hein? C’est pour plaisanter, si je vois un seul commentaire de mes petits chéris là-bas, ça a intérêt à être des insultes!!)

 

Voilà, par une terrible malchance, je vais devoir vous laisser une longue semaine sans nouvelles de mes lunettes (au fait, je vous ai déjà dit que c’était des Chanel?) ni de mon ego surdimensionné. Mais si je m’absente, ce n’est de gaîté de cœur et personne ne souhaiterait être à ma place. Qui a envie de passer une semaine, les lèvres gercées, le nez qui coule et emmitouflée dans tellement de vêtements que même le froid viendra s’y réchauffer contrairement à toutes mains ne m’appartenant pas! Qui a envie de prendre 30 kilos à force d’alterner entre Tartiflette, Raclette, Fondue, Pastilla et Farçon sans compter les 2 crises de foie entre Noël et le Réveillon? Qui a envie de faire le tour des hôpitaux de France en hélicoptère parce qu’elle aura forcément l’irrépressible envie de descendre la piste de KL des Arcs et qu'elle aurat eu la bonne idée de règler elle-même ses fixations? Qui a envie de massacrer le charme naturel de son visage avec 2 énormes marques de bronzage autour de son masque de ski? (Et en vrai, je suis vraiment contente de partir, ça fait 3 mois que je compte les jours qui me séparent de mes vacances, mais j’essaie de voir le mauvais côté des choses pour ceux qui vont rester chez eux).

 

Et puis même, j’ai pensé à vous pour vous occuper un peu, déjà, vous pouvez aller visiter les Blogs que je vous conseille plus haut comme ceux à droite et puis élire le meilleur blog 2006 de la blogroll de l’Amazone (bon, je sais que vous vouliez voter massivement pour celui sur lequel vous êtes à ce moment précis où vous me lisez, mais le fayotage n’est pas un critère de sélection pour que je vote pour le vôtre!). Ou autrement, si vous voulez vous pouvez obtenir une photo de moi complètement nue, pour cela il vous suffit d’associer à chaque lettre qui compose l’ensemble des notes de ce blog, un numéro. Ensuite vous transcrivez en sanskrit une lettre sur 2, ce qui vous donnera une page d’ « A la recherche du temps perdu », à la suite de quoi, vous pourrez tranquillement constater que finalement, c’est plus rapide de taper sur n’importe quel moteur de recherche : « femmes nues » mais bon, c’était pour vous distraire.

 

Et sinon, ben, pour être originale : « Joyeux Noël et finissez très bien l’année parce que l’année qui arrive risque d’être particulièrement difficile surtout à partir d’avril et pour 5 ans, alors faites comme si on vivait encore en démocratie et profitez de la vie ».

 

(A lire le 01/01 à 00h01 : (eh tricheur, on n’est pas le 1er Janvier!) : « Bonne année, allez je vous embrasse même, il vous reste un peu de champagne? »

 

Et puis aussi, nous sommes le 22 aujourd’hui, c’est la journée mondiale de l’orgasme (un peu un hommage à Comme Une Image!) donc c’est aujourd’hui ou jamais. Si certaines femmes ignorent encore le sens de ce mot après de très, très longues années de mariage, je peux éventuellement me porter bénévole pour les aider à fêter cette fête comme il se doit…

 

Allez profitez bien et au 2 Janvier 2007...

 

("Elle" et "Lilou", vous me manquez déjà...)

14/12/2006

Si vous pouviez m’aider, c’est juste absolument urgent!

Elle : Je veux un enfant.

 

Moi : Ah pardon, c’est à moi que tu t’adresses? J’ai cru que t’étais en ligne avec ton gros con de mari. Il est là pour ça, non? Et puis pendant que tu lui demande de te faire un enfant, tu peux lui glisser que ce serait bien qu’il s’inscrive au golf, au Lion’s Club ou à toutes autres activités qui l’occuperait tous les weeks-ends dans leurs intégralité, même parfois des soirées. Ce qui nous laisserait plus de temps pour être ense---

 

Elle (me coupe): Arrêtes de faire l’imbécile. Tu peux pas être sérieuse ne serait-ce que 2 secondes…

 

Moi : Le Haut-Karabagh doit-il devenir sujet de droit international pour que le conflit cesse? Voilà, j’ai été sérieuse mais j’ai comme l’impression que la réponse t’intéresse autant que la question, alors sujet suivant s’il vous plaît…

 

Elle : Je suis très sérieuse, mon amour, je veux un enfant de toi.

 

(Après avoir constaté qu’elle n’était toujours pas au téléphone avec son (gros con de) mari. Ce qui m’aurait à la limite arrangée parce qu’elle aurait pu composer le 18 immédiatement. Hein parce que quand on sent que son cœur ne bat plus, que tout ce qui m’entoure vacille, que je me sens partir en avant, que je crois que le sol se rapproche de moi ce qui une fois que ma tête a percuté le trottoir violemment, n’apparaît pas tout à fait comme exact! Je ne cesse de me demander si je suis morte là, mais malheureusement non, je suis toujours en vie, en face d’elle, face à mes responsabilités et face à mes 240 prochaines années (l’espérance de vie augmente, c’est pour ça). Non, non, je ne panique pas, je respire bien lentement, si je prends la fuite maintenant en courant peut être que ça lui laisse le temps de demander un enfant à son si gentil mari que j’apprécie tout particulièrement à cet instant…)

 

 

Elle : Oh, tu saignes du nez… Attends laisse toi faire… Alors, tu ne souhaiterais pas que nous ayons un bébé toutes les deux?

 

Moi : Können Sie wiederholen, bitte schön? Es gibt ein Probleme (pour 4largo: Pouvez-vous répèter s’il vous plaît ? Il y a un problème, c’est 4largo, le plus bel homme sur la terre mais aussi le plus intelligent, traduit littéralement!) T’étais pas là, le jour de l’éducation sexuelle à la maternelle? Pour avoir un enfant, il faut une femme et un HOMME ainsi que deux abeilles, une cigogne, une rose et un chou, au cas où! Tu veux pas plutôt que nous ayons un chat, un bébé chat même si tu veux, ou même mieux une plante verte, une plante verte, c’est bien pour commencer, non? Tu vois, c’est pas que je veux pas, loin de là même!!, mais je ne peux pas…

 

(Eh, eh, je m’en suis sortie, là presque. Vite faut que je trouves un sujet de conversation AUTRE parce que là, j’ai encore des sueurs froides. Je vais lui parler de mes Chanel, tiens, ça fait longtemps et puis comme ça ne l’exaspère absolument pas, j’ai 99,9% de chances qu’Elle s’énerve et qu’elle ne veuille plus du tout avoir d’enfant avec moi, ni même me revoir mais je règlerai ça apr…)

 

Elle : On pourrait adopter un enfant. J’ai envie de fonder une famille avec toi. Tu comprends. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé. Je vais le quitter. Je veux vivre avec toi. Je t’aime. Je veux que l’on fonde un foyer tous les trois.

 

(Hein??? C’est normal toutes ces informations qui heurtent de plein fouet mon crâne, mon coeur étant indisponible pour l'instant. Ses mots me parviennent comme des avions lancés à toute allure, un 11 septembre, avec comme seul objectif me percuter le plus vite possible. Comme le World Trade Center, je suis à terre, anéantie. Tous les 3, c’est comme Elle, son mari que j’adore subitement et moi? Ou comme Elle, moi et le problème? Pourquoi toute ma vie future doit se décider à cet instant précis ???????????)

 

 

               ------------------------------------------------

 

(Pour ceux qui trouvent que ce que j'écris est trop long, vous pouvez vous arrêter ici et continuer à lire demain. Pour les autres, mes lecteurs préférés, mes petits chouchous, vous pouvez vous délecter de la suite en avant-première, mes chéris. Vous êtes les meilleurs, je vous embrasse même, avant de vous souhaiter une bonne lecture...) 

 

Moi : Tu veux adopter un enfant?? …

 

Moi (à une dame qui grondait bruyamment son enfant) : Pardon madame, excusez-moi, apparemment, vous ne voulez plus de votre enfant, si je vous donne 15€, est-ce que je peux l’adopter et vous en débarrasser?

 

La dame : Non, mais ça va pas…

 

Moi : oui, vous avez raison, il est beaucoup trop moche pour que ce soit notre enfant!

 

La dame au fils très laid : Espèce de conne, non mais vous vous êtes vu avec votre blouson en cuir et vos lunettes, on dirait une pute…

 

(hein ??? Elle a insulté mes lunettes cette connasse là ou quoi??? Je voulais la frapper, mais comme je fais partie du club très select de la : Chanel Glasses Team, j’ai juste souris et sous l’œil amusé d’Elle (Elle n’est pas borgne, c’est juste une expression, hein?).

 

Moi à la grosse connasse qui a insulté mes lunettes et qui m’a traité de pute : D’ailleurs si vous pouviez demander à votre mari qu’il vienne me régler, c’est pas parce qu’il vient tous les jours et que ça n’a jamais duré plus de 2min chrono, qu’il ne doit pas payer ses dettes. Oh et puis la prochaine fois, dites lui de ramener votre fils qu’on le recommence!! Ça pourra pas être pire de toute façon!

 

( je voulais ajouter que je lui souhaitais une excellente soirée et que fallait pas le prendre mal : "oh, oh, I’m rigoling" madame mais, elle avait déjà embarqué son fils, sa poussette et toute sa colère contre son mari à 3km d’ici).

 

Bon du coup, j’ai réussit à changer totalement de conversation mais je sens bien que l’horloge biologique d’Elle tourne à la même vitesse effrénée que les secondes qu’ils me restent à vivre à apprécier mon célibat.

 

On trouve où un enfant ??????? Même de seconde main, hein, juste un peu mignon, pas trop petit et qui soit marrant. Non, parce que je suis allée en repérage au magasin des enfants : l’école primaire et j’ai failli finir en garde-vue parce que j’étais suspectée de pédophilie, non mais vraiment n’importe quoi, les gens, ils sont prêt à inventer n’importe quoi pour que l’on s’intéresse à eux!

 

Du coup, je me demandais, comme ça au passage, Comme une Image et 4largo, vous qui avez tous les deux (mais séparément, hein, on s’en doute) deux enfants, vous voulez pas m’en donner un, même celui que vous aimez le moins! Vous n’avez pas besoin des deux honnêtement. Je vous laisse choisir celui que vous me laisser et puis si vous pouvez lui inculquer une formation express: tâches ménagères, bricolage, un métier et lui louer un petit appartement la semaine, ça me ferait gagner du temps. Et puis aussi si vous pouvez bien l’habiller et l’empaqueter, c’est pour offrir! Ce sera mon cadeau de Noël pour Elle… 

 

"France Infos bonjour, il est 5h30" - C'était juste un rêve, alors, un cauchemar, un horrible cauchemar même. Oh comme j'aime la vie. C'est juste si mon inconscient pouvait arrêter de carburer au Subutex, j'aurais un sommeil un peu moins agité qui me laisserait m'enivrer du doux parfum de ma très chère Lilou. Eh mon inconscient au lieu de me faire des frayeurs, pour cette nuit, j'aimerais bien que tu me rédiges un rêve magnifique avec juste Lilou et moi ainsi que plein de tendresse et de douceur. Un rêve dont je me souvienne toute ma vie tellement il aura bercé ma nuit. Je compte sur toi pour ce soir, hein mon inconscient? Bon Yoann, c'est peut-être plus une mission pour toi, ça, je te laisse faire toi qui sait si bien parler aux femmes et me réconforter. Et surtout t'oublies pas de la représenter avec ces ravissants yeux bleus et ses jambes si magnifiquement galbées. A cette nuit Lilou..." 

12/12/2006

Moi, mon week-end et moi (8795/8796)

(Après une longue élipse que tout le monde appréciera ou a intérêt d'apprécier sinon je repars à la 2ème séquence, nous arrivons à l'avant-dernière séquence de ce récit à la fois haletant, bouleversant et tellement...long pour ne rien dire en plus. 4largo selon ta demande: 8795/8796: Silence, on tourne - Clap - 1ère - travelling arrière - fondu noir, etc... Je connais pas tous les termes, non plus!)

 

 Suite à un léger problème totalement impromptu dans mon bureau de 1m50 (le problème pas le bureau, hein, faut suivre un peu là, les universitaires!). Donc, je disais suite à un problème d'1m50 plus communément appelé stagiaire découverte entreprise (oui comme tous les stagiaires il n'a pas de nom autre que le stagiaire et qu'il s'estime déjà heureux qu'on l'appelle! (pour venir nous apporter le café).

Je ne vais donc pas pouvoir vous raconter mon WE au demeurant pas suffisamment passionnant pour une telle campagne de teasing mais ce rebondissement n'était pas prévu. Et comme en plus, je lui laisse mon ordinateur pour rédiger son rapport pendant que je joue avec son Blackberry que je lui ai confisqué, c'est pas gagné. Je vais peut-être le vendre sur E-bay son blackberry, non? Pour m'indemniser du temps que j'aurais passé à travailler plutôt qu'à raconter mon WE!

Enfin, il est trop mignon, c'est juste comment Lord Kossity ou tout du moins sa voix ont réussi à rentrer dans ce corps si frêle et à peine pubère. Ah oui et aussi, cet après-midi, je (qui s'est transformé en nous grâce à mon très cher PDG et accessoirement meilleur ami du père du stagiaire Kossity) dois partir en mission de veille concurentielle, un peu de l'espionnage, je me fais passé pour une étudiante, j'enlèves le haut parfois le bas et j'obtiens leur compte de résultat ainsi que leur stratégies pour les 50 prochaines années, enfin ça c'était avant que le stagiaire à la voix qui me fait peur ne doive venir avec moi. Parce que je me souvenais pas que c'était aussi naïf à cet âge, il est venu avec un imperméable beige!! Si je vous l'avais demandé, rassurez-moi, vous auriez compris que je plaisantais, hein??? Tout à l'heure, je vais lui dire que dans les branches de mes Chanel est dissimulée une caméra et le pire, c'est qu'il est encore capable de me croire, je sens qu'on va bien rigoler (et aussi se faire jeter, mais c'est moins grave, j'aurais plus de temps pour me ballader et prendre un chocolat viennois avec Elle).

 

Et vous avez vu, vous avez vu? C'est presque court la note, là. Je suis trop fière de moi. Je m'applaudis même. Je tiens à remercier Ada, Captainwhat, Frogita, mais aussi CUI, 4largo, Koyotte et Samessa qui m'y ont incité et tout naturellement mon petit coeur Lilou qui me l'a fortement recommandé.

11/12/2006

Moi, mon week-end et moi (1/8796)

Bonjour tout spécialement à toi personne éminnament cultivée qui me lis en ce moment,

 

Nous sommes lundi (oui, je me lance dans l’information maintenant, à venir la météo et l’éphéméride. Eh, je plaisante, vous pouvez continuer à venir, hein. Non, je préfère continuer à regarder Louise Bourgoin, Evelyne Dhélia, Isabelle Martinet ou Nathalie Rihouet dans leurs petites jupes (d’ailleurs pourquoi, elles font jamais tomber un stylo ou leurs fiches, je suis sûre que ça ferait monter l’audience et les températures) m’annoncer que demain, il va faire -15°C et que c’est pas encore demain que je vais pouvoir mettre ma jolie petite robe blanche qui m’a coûté 4 bras (oui, j’ai dû emprunter) que je pensais mettre pour mon mariage avec Yoann mais ce dernier a préféré faire le coup de «ah tiens, j’ai jamais fumé de ma vie, mais je vais aller m’acheter un paquet de 10 Malboro» (non, ne lui dites pas que les paquets de 10 n’existent plus, comme ça il reviendra peut-être si le buraliste lui demande si ses parents sont au courant qu’il fume, on ne sait jamais) et puis en même temps, c’est pas mal de ma faute à moi, le mariage ça fait rêver les petites filles, les femmes et aussi les mamies mais c’est le fruit d’un long conditionnement depuis toute petite, «toi ma petite fille chérie, tu te marieras avec un beau jeune homme quand tu seras grande» et la petite fille, en général répond, «oui mais moi, je préfèrerais continuer à jouer avec mes poupées et puis avoir un poney plutôt que de me marier parce qu’ils sont bêtes les garçons, ils font medium_200442965-001.jpgqu’à m’embêter». C’est là qu’intervient le rôle de la robe. Parce qu’en fait les filles, ce n’est pas se marier qu’elles veulent mais devenir une princesse, parce que la vie de princesse dans les livres, elle a l’air plutôt cool, du style, moi, j’ai plein d’argent alors je paye ma nourrice pour aller à l’école à ma place et puis pendant ce temps là, moi je vais à Euro Disney ou dans des clubs échangistes pour échanger mes images Paninis. Alors les parents, les livres et les dessins animés, ils font tout pour vous vendre que si vous acceptez de vous marier avec un garçon qui fait rien qu’à m’embêter et ben pendant toute une longue journée de 24 h ainsi que pendant tous les préparatifs (5ans, en moyenne), la petite fille sera une princesse dans sa belle petite robe de mariée.  Oui pendant un jour, elle aura été une princesse et puis la coutume veut qu’on prenne pleins de photos de cette journée parce que ce choix là, elle va le payer toute sa vie, alors dès le lendemain, elle sera bien contente de regarder les photos de comment elle était jolie en princesse, le temps d’une si courte journée. Et mais c’est qui celui à côté, ah oui son mari, celui qui va partager sa vie parce qu’un jour elle a dit oui. Enfin bref passons, moi, j ‘ai résolu le problème, je suis allé Bd Magenta essayer une robe, une amie a pris une photo et puis ça m’a fait gagner du temps et bon nombre de désillusions…

 

Enfin bref, nous sommes lundi comme je le disais un demi milliard de lignes au-dessus, c’est à dire le début de la semaine, si vous savez bien, la semaine, cette période transitoire entre 2 week-ends. J’ai plutôt passé un bon week-end (même si je n’étais pas à Nancy, ce qui n’aurait pu que l’améliorer, Lilou. Ah Nancy, cette magnifique ville où l’effervescence sur la place Stanislas me fait penser à l’affluence que l’on peut retrouver un 24 décembre au soir dans n’importe quel magasin de jouets, sauf que là, le magasin a fermé depuis 3h, c’est tout! Non, je plaisante Lilou, je viens d’une toute petite ville beaucoup plus petite que Nancy et je me moque juste du parisianisme ambiant qui veut nous faire croire qu’après le périph’, nous nous retrouvons directement en Creuse profonde où veaux, vaches et cochons constituent la majeure partie de la population. Et puis de toute façon, si j’étais venue à Nancy, ça n’aurait pas été véritablement pour converser avec les Nancéens mais uniquement pour vous et aussi un tout petit peu pour vos magnifiques yeux bleus qui rien que d’y penser me mettent en danger, effectivement. Tout comme le galbe de vos jambes si agréablement élancées qu’elles me donnent l’envie de les toucher, de les découvrir, de prendre le temps de les parcourir jusqu’à ce qu’elles me conduisent…enfin vous voyez quoi…).

 

Donc, reprenons nous sommes lundi et le week-end fut fort agréable puisqu’en compagnie d’Elle, non en fait d’elleS mais on va faire comme si je me consacrais qu’à une seule personne à la fois sinon ça va être trop long. (D’ailleurs Pupuce, vous savez que vous êtes très belle même sans vos Guccis, alors j’ose à peine imaginer avec. Je tiens à préciser que là, j’ai pas dragué, juste fait un compliment rien de plus, un compliment respirant la sincérité et ne visant qu’à établir un constat sur la beauté de la très belle personne susmentionnée, c’est tout).

Donc, nous sommes lundi, même lundi matin pour être plus précise (NDLR : données qui peuvent éventuellement évoluer suivant le jour et l’heure de votre lecture, précision qu’il était je pense indispensable d’apporter puisque je ne souhaite pas avoir de procès pour publicité mensongère d’une personne qui devait absolument se rendre à l’hôpital mardi pour une greffe du cœur et puis pam, le mec, il lit mon blog (oui, ça serait un type bien, comme tous ceux qui me lisent et toi aussi si tu veux devenir un type bien ou une femme exceptionnelle, lis-moi. En même temps, je prends pas trop de risques, je m’adresse qu’aux personnes qui me lisent. Vous savez que vous êtes exceptionnels, enfin surtout toi qui me lit à cet instant précis où j’écris ce mot «précis». Oh, il s’agit de moi, ça me fait trop plaisir que j’ai pensé à me féliciter, ça y est même si nous sommes lundi, eh ben j’ai réussi à regonfler mon égo et puis un peu le vôtre, n’est-ce pas mes lecteurs tous un peu plus exceptionnels les uns que les autres) Enfin bref, le type le cœur sur la main, si vous savez celui dont je vous parlais qui justement va avoir le cœur sur la main au sens propre comme au sens figuré, il me lit demain donc mardi, il se dit bon nous sommes lundi, j’ai encore toute une journée avant de me rendre à l’hôpital demain donner mon cœur.medium_200398590-001.jpg(Oui, bon déjà, le mec, il est un peu con à la base parce qu’il est bien gentil de vouloir donner son cœur mais il va faire comment pour vivre lui parce que c’est quand même son cœur qui assurait ses fonctions vitales et a fortiori du fait qu’il n’avait pas vraiment l’usage de son cerveau, peut-être que c’était un cadeau récent et qu’il voulait pas l’abîmer en s’en servant, un peu comme Estelle Lefébur. Et puis du coup, le mec, il rate son RDV pour donner son cœur et celui qui devait le recevoir décède. Bon, vous me direz, c’est pas grave, je conserve un lecteur et l’autre ne me lisait pas donc c’est pas trop grave qu’il ait claqué, en même temps, c’est pas trop gentil de dire ça mais c’est vous qui l’avez dit!).

 

Enfin bref, nous sommes lundi et je vais vous raconter mon excellent week-end aux côtés de ma douce et tendre « Elle » aux yeux étincelants. Enfin, quand je dis étincelants, c’est pas non plus comme des bâtons magiques, ils ne lancent pas vraiment des étincelles, c’est une image, non, je précise pour 4largo et Koyotte parce qu’ils sont universitaires. D’ailleurs ça me fait penser à lorsque j’étais en prépas où j’avais comme sujet de khôlle : la météo et voilà pendant 15 minutes, il fallait que je brode et que je raconte des trucs en 3 parties pour faire comme si la medium_200421284-001.jpgmétéo, c’était ma plus grande passion dans la vie, que des fois, je me réveillais la nuit pour ne pas rater la présentation de la météo à 2h du matin pour être bien sûre que le temps annoncé à 20h50 soit toujours le même pour demain ou pas parce que des fois, ils se trompent, mais ce n’est pas vraiment de leurs fautes à eux, c’est juste que c’est un métier compliqué et puis c’est pas véritablement une vocation de parler du temps qui passe et du temps qu’il va faire et que peut-être il y aura des nuages avec des noms tout mignons, mais peut-être qu’il ne va pas pleuvoir pour autant. Non, c’est une prise de risques énorme la météo, imaginons que le type qui voulait donner son cœur soit marin d’eau douce en hautes mer et parfois en océan mais pas tout le temps parce qu’il fait plus froid dans l’océan et que comme il a raté le jour où il devait donner son cœur et ben, il décide pour se venger et faire un truc bien de sa vie, du fait qu’il avait tout misé sur le don du cœur pour obtenir un radio-réveil à Noël, eh ben il prend son canöé-kayak (oui, il aurait pas trop de moyen, le mec du fait qu’il a pas pu donner son cœur et tout ça et aussi qu’il soit pas très fute-fute pour penser à demander à Météo France de le parrainer). Alors à bord de son Canöé, il décide d’entamer la traversée de la Méditerranée en solitaire, le mec, il se dit, bon en avion, on met, 1h30 pour relier Paris à Casa Blanca, là en Canöé, si l’A6 n’est pas trop bouchée et si aucune sardine ne bouche le port et si le boucher cesse d’augmenter les prix de ses rillettes (oui, je sais que ça n’a rien à voir mais lui, ne le sait pas du fait qu’il ne soit pas très, très futé, mais chut, ne lui dites pas, ça pourrait le perturber et le faire renoncer à la traversée…)

 

Ah oui, sinon mon week-end, s’est très bien passé, il a commencé vendredi comme le vôtre, je suppose oui sur certaines choses, je ne peux pas véritablement faire preuve d’originalité, du coup, j’ai essayé de me rattraper medium_200067952-001.jpgpour le reste, dîner aux Chandelles avec Elle (Comme une Image, dans le dîner aux Chandelles, «aux Chandelles», c’est une indication de contexte pas de lieu, hein qu’on soit bien d’accord, du coup c’est ni Elle, ni moi que tu as rencontré sauvagement baisé. Désolée mon éjaculateur précoce préféré, j’espère que ça ne va pas te gâcher ta soirée, hein? A ce propos, tu as passé un excellllent week-end ou pas, finalement ?  Parce que pour ma part, il était vraiment excellllllllllllllllllllllent, je vous le raconterais un jour à l’occasion…et sans digressions, c’est promis, mais là je voulais juste vous faire vivre 12 minutes avec moi dans ma petite tête. Pour que vous puissiez comprendre que ce n’est pas toujours évident et que parfois, j’en arrive même à oublier de quoi, je voulais vous parler au départ, ah si du fait que nous sommes lundi et du coup faire le point sur mon week-end, ça me reviens maintenant, bon ben ça attendra demain, alors…

 

- A suivre, demain -  (je voulais rajouter si vous me lisez aujourd'hui, la suite arrivera demain mais je fais confiance à votre intelligence hors du commun pour envisager toutes les situations possibles et puis comme, je me disais que j'avais digressé déjà une fois ou deux, c'était peut-être pas la peine d'en rajouter car trop de digressions tuent la digression...)

08/12/2006

La note dont vous avez toujours rêvé...

"a z e r t y u i o p q s d f g h j k l m w x c v b n"

Voilà, je vous ai laissé les 26 outils indispensables pour composer la note que vous rêviez de lire. Alors vous les entrelacez, vous les inversez, vous les assemblez et surtout vous vous démerdez, je vous laisse composer la note que vous vous attendiez à lire, faîtes vous plaisir...

Je suis désolée de vous laisser vous débrouiller mais j'ai décidé de laisser tomber les "découvertes musicales" et surtout depuis que j'ai lu "yeux: dangereusement bleu..." et je ne parlemême pas de l'évocation de vos seins Lilou, je cherche activement et désespéremment une place dans le prochain train Paris-Nancy, juste l'aller, il est fort possible que je n'ai pas besoin du retour... Nancy me voici...

medium_71443131.jpg medium_200349009-001.jpg medium_imsis520-002.2.jpg

NB: Mes lunettes vont très bien, mes 2 autres paires sont un peu jalouses de mes Chanels mais je les fait suivre par un psychotérapeuthe...Voilà pour les nouvelles. Passez un excellent week-end...

01/12/2006

La Classe, c'est mon deuxième prénom!!!

Comme, je suis tout de même la fille de Koyotte et que nous sommes tous des tombeurs dans la famille depuis 4 générations. Je vous laisse admirer le travail :

 

 

medium_WA5171-001.jpgDimanche dernier, je suis allée courir avec Elle (qui affiche les mêmes mensurations que Lilou, c’est à dire une bombe sexuelle prête à exploser à tout instant!!). A peine, arrivées au Jardin du Luxembourg, nous sommes témoins d’une altercation entre 4 ados (attention, cet élément peut avoir son importance dans la suite de l’histoire ou peut-être pas, suspens!!) Nous courions déjà depuis une demi-heure, 30 min de pur bonheur pour moi et 30 minutes d’atroces souffrances pour Elle qui a chaque minute écoulée me détestait un peu plus. Comme mon but dans la vie n’est pas de prendre du plaisir en la voyant souffrir mais plutôt en lui donnant du plaisir. Je m’arrête de courir. La prend dans mes bras et l’embrasse tendrement pour lui donner du courage lui signifier que je vais encore courir pendant 1h30. Les ados continuent à se chamailler. Un des quatre est pris à partie par les 3 autres. Ils l’insultent, le traite de tous les noms  et notamment de « petit puceau ». Le garçon est blessé intérieurement et ça se voit, ça se sent. J’espère pour lui qu’il ne va pas pleurer, cela ne ferait qu’aggraver les choses. Elle éprouve de l’empathie pour lui. J’ai une idée… je fonce.

 

 

Moi (au garçon) : Oooh, ça va ? ça fait longtemps, tu m’as manqué. Ça me fait vraiment plaisir de te voir…

 

 

(le garçon se demande un peu ce qui lui arrive, cherche où il aurait pu me rencontrer)

 

 

Je m’approche de lui, très rapidement. Sans réfléchir. Je glisse mon bras dans son dos, le plaque contre moi. Et l’embrasse goulûment. (Suffisamment pour aller scruter ses amygdales).

 

 

Et vas-y que je le galoche. Ses amis sont dans mon champ de vision, bouches bées. medium_71936601.jpgContrairement aux nôtres!! Mon compagnon de galochage me ramène à des temps immémoriaux, son inexpérience me touche. J’ai envie de lui demander de se laisser aller, de chercher ma langue avec la sienne, de ne pas se figer. Il prend, au fil des secondes, confiance en lui. Sa main droite s’approche de mon sein. Je plonge mes yeux dans les siens et c’est fou comme mon regard peut être expressif et réussis à traduire ma pensée d’alors : « N’y penses même pas, petit con. T’effleures un seul de mes seins et je te casses tes 2 bras après t’avoir démonté la clavicule, vu? Wais, c’est ce qui est arrivée à la Vénus de Milo ». Et ben le gamin pas farouche, il a plaqué sa main le long de son corps bizarrement! Pour le remercier, je lui mordille la lèvre inférieure avant de mettre un terme à notre contrat buccal. J’aperçois Elle, un immense sourire aux lèvres et les yeux remplis d’admiration à mon égard. L’Amazone : ten points. Note artistique : 10/10. Note technique : 10/10. Capacités d’improvisation : 18/10. Pouvoir de séduction : 46/10. Probabilités de passer une folle nuit avec Elle : 198%.

 

 

medium_BEA_022.jpgLes magnifiques yeux bleus d’Elle brillent de milles feux. Elle me bouleverse. C’est mon premier public, celle pour laquelle, je me surpasse. Celle que j’ai besoin de surprendre sans cesse. Je soigne ma sortie de scène, pour Elle.

 

 

Il est toujours contre moi. Si proche que je ressens la révolution hormonale qu’il vient de subir, le pauvre est sous tension. Il ne parvient plus à se contenir. L’érection de son sexe en ma direction vient former une sorte d’Aqueduc entre nos 2 corps. Je plonge mon regard dans le sien tout en lui passant ma main dans ses cheveux (gras!) et assène suffisamment fort pour que les autres entendent : « Tu embrasses toujours aussi bien mais je n’ai jamais eu autant de plaisir que lorsque tu me fais l’amour. (les sifflements de ses copains ne tardent pas à se faire entendre) Tu me retrouves ce soir, chez moi. J’ai terriblement envie de toi mon amour ». (Et je le réembrasse mais fiça là parce que je commence à perdre mon rythme en course)  

 

 

medium_200436841-001.jpg

 

 

 A peine, le dos tourné, j’entends : « Mais tu la connais d’où ? Pourquoi tu nous l’as jamais présenté ? En fait, c’est ta copine ? T’as déjà fait l’amour avec elle ? Mais elle a quel âge ? et ces milliards de questions qui allaient faire de lui la star de son collège… Mission accomplie.

 

 

Je rejoins Elle. Séduite. Conquise. Elle me regarde. « Tu sais que tu viens de changer la vie de ce garçon, là? Tu sais que j’ai eu très peur de ce que tu allais faire lorsque tu t’es approchée de lui ? Tu sais que je suis folle amoureuse de toi ? Et que pour le coup, j’ai terriblement envie de toi ? ». Mes probabilités viennent toutes d’être multipliées par 100. Ahh, c’est fou l’imagination qu’il faut déployer pour réussir à faire courir Elle pendant 2 heures!!! Pendant les 1h30 qu’ils nous restaient, je n’ai plus entendu aucun gémissement, reproche ou motif de tentative d’abandon. Non plus rien. Et même sur le chemin du retour, c’est Elle qui me fait remarquer que le monsieur à 20 cm de moi au feu n’est autre que Renaud. (Je crois que le feu devant la Closerie des Lilas est le plus hype de Paris entre Michou, Philippe Sollers, Bacri et Renaud, il est plus que people ce carrefour. A l’occasion, je dirai à ma grand mère qu’elle abandonne les thés dansants et qu’elle squatte ce feu, il y a du potentiel intéressant pour elle!) Elle était tellement enthousiaste. Presque triste de voir mon quartier se profiler (en exagérant un tout petit peu!). Du coup, j’ai préféré attendre que l’on soit chez moi pour lui annoncer que je filais nager dans un quart d’heure et que le « je » en fait désignait « Elle et moi »…

 

 

Alors, vous avez déjà vue une telle abnégation??? En plus, j’ai peut-être bouleversé sa vie à ce garçon, il est certainement devenu le meilleur ami des 3 autres et cette histoire à fait le tour de sa classe. Mais comment je fais, moi, pour l’oublier, hein, comment, je fais pour oublier son léger duvet, son acné et son haleine caféïnée. Cette image me poursuit. Il m’a dégoûté. Comment je fais pour embrasser Elle sans penser à lui ? Je crois qu’il a gâché ma vie. Ah si, si je pense à la nuit qui a suivie, bizarrement, je ne pense plus du tout à lui!!! (4largo, c’est pour toi, ça « folle nuit », allez fais un effort souviens-toi, mais si il y a 15 ans!! Je compatis 4largo!!)

 

medium_57441731.jpg

 

 

Voilà Koyotte, alors tu as raison, la classe ça ne s’achète pas et pour le reste, il y a Eurocard Mastercard. Du coup, je me demandais, tu as commandé une Eurocard-Mastercard??!

 

 

medium_BB4808-010.jpg

 

(Si une faute d’orthographe ou grammaticale s’était, fortuitement, glissée dans cette note, je vous prierais d’en référer à Comme une Image parce que là, le pauvre est totalement débordé avec ces plans Q qu’il délaisse un peu l’Académie Française!)

 

30/11/2006

Mon plus grand fantasme (3/3)

Yeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeessssssssssssssssssssss!!!!!

medium_200376234-007.jpgTinlin. J’AI MES LUNETTES. Ça y est. Mes 3 paires. Je suis officiellement en possession des plus belles lunettes au monde depuis hier soir 21h08. Heure à laquelle, je suis sortie de la boutique Afflelou des Champs. Ma vendeuse préférée n’était pas là. (Enfin préférée, celle de la dernière fois, je vis pas non plus dans la boutique quoique tous ces miroirs partout, me voir chaque seconde dans un miroir différent ne cesse de provoquer orgasme sur orgasme. Non mon égo malgré mes nouvelles lunettes, je ne te délaisse pas, par contre ma modestie un peu!!) Nathalie, je vous aime. Je vous fais pleins de bisous et vous dit à très bientôt. Bon comme Nath n’était pas là. J’ai dû négocier un geste commercial avec un autre vendeur. Question de principe : l’Amazone négocie toujours. Attendez, je leur fait déjà l’honneur de me rendre dans leur boutique, c’est tout de même normal que je les force incite à m’offrir un truc. Non mais et puis quoi encore, bientôt il faudra que je paye le prix indiqué sur l’étiquette!!! Je suis pas la cliente lambda tout de même, je suis l’Amazone. Et puis, ce n’est pas lui qui me vend un truc mais moi qui vient lui acheter des lunettes, c’est moi qui devrait toucher une commission presque! Bon, je vais écrire une lettre à Alain (Alain Afflelou) pour lui annoncer qu’à titre exceptionnel les 3 paires que je me suis vendue, c’est cadeau, totalement grâcieux… Je suis la commerciale bénévole de ma propre personne!! Oui, je sais ce que vous dites, ça doit être chiant de m’avoir comme cliente. Et ben non pas tant que ça, en fait, je suis exigeante certes, mais toujours souriante. Et puis comme je l’ai toujours pensé : le travail du commercial commence à partir du moment où le client/prospect a dit non. Avant, il a fourni, une bonne prestation, tout au plus…

 

Enfin bref, revenons à l’essentiel : MES MINETTES. Qu’est-ce qu’elles sont belles. Je les adore. Ce sont mes petits poulains (en tout cas, elles sont montées comme des chevaux et puis qui veut voir loin, ménage sa monture! Excusez-moi, je devais la faire, autrement je savais pas quand j’aurais pu la placer!) Avec chaque paire, j’ai vraiment l’air d’une pétasse (c’est pour ça que je les ai achetées). Le Pétasse Power est en moi. Toi tu bouges, je t’allume.

 

Je sors de la boutique mes 3 paires à la main dans leurs petit sac Chanel. Je vous ai déjà dit que j’avais pris des Chanel??? Oui, ah bon!

 

J’étais heureuse, si heureuse. Je vais bien, la vie est belle, le drame est proche!! Je m’arrête pour mettre une paire de lunette. medium_200327023-001.jpgMais laquelle??? Je fais comment pour choisir parmi les 3, moi ??? pour pas faire de jalouses, je vais mettre en place un planning et les porter à tour de rôle. Je chausse mes Chanel. Qu’est-ce que je suis belle. Je remonte les Champs-Elysées décorés spécialement pour l’occasion. SI, ils ont été illuminés que pour moi, je vous dis!!! Pour fêter l’obtention de mes lunettes. Je me demande bien qui les as prévenus ?!! Oh Alain Afflelou, t’es vraiment fou, fallait pas faire tout ça, mais merci!

 

medium_57269465.jpgPar contre, je vais pas les porter tout le temps mes lunettes, je crois. Pourquoi???  J’ai pas envie d’être à l’origine d’un génocide, un véritable carnage, aucun homme ne résiste. J’ai mes lunettes depuis à peine 20 sec que je me fais déjà aborder par un charmant jeune homme. Je me dis, c’est normal, je me fais toujours draguer sur les Champs. Avant de parvenir à la station de métro, 5 jeunes hommes tentent leurs chances. Whaaaaaah, elles sont bien ces lunettes!! Je rentre dans la bouche de RER, un homme s’approche de moi pour me dire que je suis resplendissante et qu’il souhaiterait m’offrir un verre. Bon, je me dis, je me fais toujours draguer dans le métro, c’est normal. Et puis tous les hommes me suivent du regard. Oula, je suis obligée d’admettre que c’est la pétasse touch là qui attire. Pourquoi elles attirent que les hommes, ces putains de lunettes??? Bon, c’est décidé, mes lunettes, je les mettrais qu’au travail. Je voudrais pas non plus que ce soit considéré comme une incitation au viol.

 

medium_56459014.jpg                                 medium_56459017.jpg

Maintenant que j’ai mes lunettes, je vais pouvoir faire ce dont j’ai toujours rêvé. Je vais, tout d’abord, me laisser pousser les cheveux. Et puis après, je me ferais un beau petit chignon. Et là… Et là. Aïe, Aïe, Aïe. Je resterais au travail tard le soir, j’appellerais ma plus belle collègue pour lui poser une question sur un dossier. Et là… Je détacherais mes cheveux d’un mouvement sec de la tête, j’enlèverais mes lunettes, je balaierais l’ensemble de mon bureau d’un geste de la main. Et là, j’aurais assouvi mon plus grand fantasme…

Ce soir: After-work aux Salons du Louvre...

28/11/2006

Mon plus grand fantasme (2/3)

18h18, vendredi 24 novembre 2006, j’emprunte la rue de Courcelles. Il fait déjà nuit. Je contemple les décorations de Noël. Je repense à mon enfance. Je veux skier. Tout est là : le froid, la nuit, l’agitation du week-end ainsi que les illuminations de Noël. J’aimerais qu’il neige. Je souhaiterais que le Père Noël  surgisse de nulle part avec son traîneau et ses reines pour me proposer de me déposer au 138 directement parce que là je commence à avoir vraiment mais vraiment mal aux pieds avec ces putains de talons. Pourquoi ce sont jamais les chaussures qui se font à mes pieds mais mes pieds qui se font, après des mois d’infâmes barbaries, à mes chaussures? Hein, pourquoi ? Pourquoi Adriana Karembeu n’a jamais l’air de souffrir le martyre lorsqu’elle défile? Le monde est vraiment trop injuste! J’ai envie d’un chocolat viennois pour me réconforter. Mes yeux s’attardent sur la façade du Monoprix. Je me dis que la devanture doit devenir un support supplémentaire de communication à la marque, un moyen de se différencier. Elle doit pouvoir afficher son identité. Le contenant a bien souvent beaucoup plus d’importance que le contenu. Je pense à l’expression «théâtralisation du point de vente». Et puis comme ça faisait un petit moment que j’avais dépassé le Monoprix, je me suis surtout dis que j’étais en week-end (par pitié Lorie ne surgit plus dans mes pensées, tu me fais peur!) et que le Monoprix pouvait se théâtraliser comme il voulait ça n’allait pas changer ma vie. En fait, je crois que je cherchais à me raccrocher à n’importe quoi pour ne pas éveiller mon anxiété. J’aperçois une boîte à musique en vitrine du 152, j’en cherche une depuis des mois.  Oui, je sais, elle est longue cette rue de Courcelles!! Je sais que vous vous en foutez de savoir si le 17ème est bien décoré ou pas et patati et patata. Je le sais mais j’aime bien jouer avec vos nerfs. Tout ce que vous voulez c’est que si cette histoire a une fin que j’y vienne rapidement, c’est ça? Que je vous raconte une histoire de cul bien ficelé. Que j’arrive au 138, que je sonne et en fait que Le Nautilus, le 2plus2, le No Comment, le Donjon ou les Chandelles aient déménagés. Et faîtes pas comme si vous ne connaissiez aucun de ces clubs échangistes, vous n’êtes pas du tout crédible!! Mais désolée pas d’orgie, pas de Gang-bang, pas de trucs bien hard ou gore à vous raconter. Juste un rêve, mon rêve d’enfant.

 

 

J’arrive au 138 (enfin!!) Je sonne. Un homme me répond. La même voix qu’au téléphone. Je pousse la porte. Mon cœur bat la chamade. Le sol semble s’écrouler sous mes pieds. (En fait, je viens de rater la marche et me retrouve à terre. Je me relève avec tout le panache qu’on peut avoir dans ce genre de situation et cesse bizarrement de me répéter cette phrase : « On n’a jamais une seconde occasion de faire une première bonne impression». Le Dr Boudon m’attend sur le pas de la porte. Il se présente. Me fait signe d’entrer. Je suis aux anges. Il me laisse dans son cabinet en me priant de bien vouloir me mettre à l’aise. De moi-même, j’ai pensé qu’il suffisait que j’ôte uniquement mon trench-coat et ma veste de tailleur, même si j’avais bien envie de tout enlever moi. Il revient. Je suis son dernier RDV de la journée, celui dont il se souviendra toute sa vie aussi. Il s’installe à son bureau.

-          Alors ma jolie, qu’est ce qui vous amène si jeune à venir me voir ?

-          J’ai souvent des maux de tête le soir et je me disais que c’était peut-être lié au fait que je passe beaucoup de temps devant l’écran de l’ordinateur.

-          On va regarder ça…

 

Il m’installe dans un autre fauteuil. Je sais qu’il va me faire passer le grand examen. Je révise depuis des mois sur :  La Bible.

J’ai revu les bases de l’optique, je connais tous les troubles de la vision et j’ai même appris par cœur les erreurs à commettre pour obtenir le diplôme. Il me fait lire les lettres avec l’œil droit d’abord. Je foire totalement le 1er examen. Résultat : 13/10ème à l’œil droit. Aucune erreur. J’ai les mêmes problèmes de vue qu’un pilote de chasse. Je me ressaisis. Je me dis que je n’ai pas nagé toute la semaine sans lunettes pour rien, que je n’ai pas totalisé à peine 8h de sommeil en 5 jours pour rien, que je n’ai pas 3g d’alcool dans le sang pour rien. Alors, je me concentre pour me souvenir des lettres à inverser : N et H, B et D, P et B. medium_dior_cd3051_t54_thumb.2.jpgJ’essaie de me tromper. Un peu mais pas trop non plus parce qu’ai pas envie de porter un verre blanc à droite et un verre à double foyer à gauche, non plus! Il n’est pas dupe. Alors, je lance l’opération séduction. Je lui dis tout. Je lui révèle que porter des lunettes est mon plus grand rêve. Je le supplie. J’en rêve depuis que j’ai 4 ans. Mais par une malformation génétique, j’ai très vite compris que mes yeux ne se verraient jamais attribuer de magnifiques lunettes. Alors, j’ai attendu mon tour. J’ai fait de longues études dans l’espoir de bénéficier uniquement d’une excellente mutuelle. J’ai lu la nuit, pas pour m’instruire mais seulement pour détériorer ma vue de lynx. Moi aussi, j’ai le droit de contribuer à creuser le trou de la sécu merde. C’est vrai quoi. La dernière fois que je suis allée chez le médecin, c’était l’année dernière et encore c’était le médecin du travail. Y a pas de justice face à la maladie, moi, je vous le dis!! Il craque face à mes yeux de petit bichon du Guatemala. Il me propose ses lunettes sur lesquelles, il est possible d’apposer les différents verres correcteurs. J’en veux pas moi. Je veux pas de ces lunettes orthopédiques. Je veux des Dior ou des Chanel. Monture rectangulaire avec des branches un peu épaisse. La classe quoi! ça fait des mois que je consulte tous les catalogues de lunettes, que je me rends chez les différents opticiens pour comparer. Je veux cet accessoire de pétasse qu’il me manquait. Je suis là pour ça et je ne lâcherai rien. Je crois qu’il a fini par l’intégrer. Pendant que je suis là et parce que je sens que c’est presque gagné, j’attends avant de lancer la conclusion de la transaction.

 

-          Je ne suis pas sûre du terme, mais est-ce que vous pouvez vérifier le parallélisme s’il vous plaît, le médecin du travail m’avait diagnostiqué, une légère divergence.

-          D’accord, je vais regarder le parallélisme comme vous dites et puis après, je regarderais les jantes!

 

medium_aregard_1_.3.JPG

 

 

Bien évidemment, je n’ai ni problème de divergence, ni de convergence. Mais ça me permet d’amener le thème de l’obtention de mon diplôme de la biglerie délicatement. Il me dit que c’est la 1ère fois de toute sa carrière qu’on le supplie pour avoir des lunettes, d’habitude les personnes tirent des gueules de 3km de long. Il prend son stylo et note mon nom sur le diplôme. Ça y est, je l’ai. Je suis bigleuse. Ouuuuuuuuiiiiiii. J’ai envie de l’embrasser. Je lui demande si je peux lui faire la bise pour le remercier. Je suis FOLLE de joie. 24 ans que j’attendais ce moment. Dr Boudon, je vous aime. Merci, merci, merci, merci beaucoup… Vous ne savez pas ce que ça représentait pour moi. C’était mon plus grand fantasme. Enfin si vous le savez un peu, quand même lorsque vous m’avez demandé 80€ et que vous m’avez dit : Réalisez son rêve n’a pas de prix, ma jolie!! Je l’ai réembrasser, l’ai remercié un demi milliard de fois. Je suis sorti mon diplôme à la main et j’étais la plus heureuse au monde. J’ai couru pour remonter la rue. J’avais envie de crier, j’avais envie d’embrasser tout le monde. Ça y est moi aussi, j’allais porter des lunettes. Je croise ma coiffeuse avec ses lunettes, celle qui a provoqué un attentat capillaire sur mes petits cheveux, je lui dis que ce n’est pas la peine de faire sa crâneuse avec ses lunettes, je vais avoir les mêmes, non des mieux demain. Elle me regarde interloquée. Je m’en fous, j’irais plus jamais la voir cette connasse et puis ses lunettes ne lui vont même pas très bien, nananère. Bon ce week-end, je reste à Paris. J’appelle Elle pour lui dire que je l’ai fait, j’ai assouvi mon plus grand fantasme, je suis officiellement bigleuse. Elle me répond que je suis folle. Oui folle d’elle et de mes futures lunettes aussi. Avis à tous les opticiens de Paname, alerte générale, l’Amazone arrive…

27/11/2006

Mon plus grand fantasme (1/3)

Vendredi soir, j’ai assouvi mon plus grand fantasme. J’ai longtemps hésité. J’en ai beaucoup parlé avec Elle. J’avais besoin de son consentement. Elle ne me comprend toujours pas. Elle a peur qu’elle ne me suffise plus. Pourtant, ce n’est pas mon amour pour Elle qui est en jeu. C’est juste une envie, un désir qui m’anime depuis très longtemps, déjà. Je ne saurai pas vous dire pourquoi j’ai attendu si longtemps. Mais une chose était sûre, cette fois, j’étais prête, prête à aller jusqu’au bout.

 

 

medium_56323283.jpgJ’ai préféré un homme à une femme. Moins pudique, sans doute, plus ouvert, aussi certainement, à ma demande un peu farfelue. Une fois décidée, j’ai eu envie que tout aille très vite. Foncer pour ne plus pouvoir reculer. Je me concentrai pleinement à la sélection de l’homme qui allait assouvir mon plus grand fantasme. Internet me paru la solution la plus adaptée puisqu’elle présentait l’avantage d’être la plus simple, la plus rapide mais aussi et surtout la plus anonyme.

 

 

Après un premier échange téléphonique, nous tombons d’accord pour nous rencontrer vendredi 24 novembre à 18h30, chez lui. Je note précautionneusement son adresse tout en sachant que je ne pourrai m’empêcher de la mémoriser automatiquement : 138, rue de Courcelles – RDC Porte Droite. J’avais besoin de matérialiser l’existence de cet homme, en inscrivant en lettres capitales son adresse sur mon agenda.

 

 

La crainte et l’envie se mêlent. J’ai envie de lui plaire, de le séduire. J’ai envie d’obtenir de lui tout ce que je veux, que la scène se déroule telle que je l’imagine. J’en rêve la nuit. J’ai besoin qu’il assouvisse mon fantasme. J’ai envie de laisser mon corps s’exprimer. Je ne veux pas lui parler. Je ne viens pas pour ça. Il m’intrigue.

 

medium_200433209-001.jpg

 

 

La semaine passe à une vitesse jusqu’alors inégalée. Nous sommes vendredi, je ne peux plus reculer. Etonnamment, je parviens à quitter mon bureau à 18h. Il me faut compter à peine 10 minutes pour m’y rendre. Je veux profiter pleinement de ces minutes si précieuses, ces minutes dont je me souviendrai toute ma vie puisqu’elles auront précédées l’assouvissement de mon plus grand fantasme…

 

 

(A suivre)

 

 

En attendant la suite, vous pouvez essayer de l’imaginer et/ou me livrer votre plus grand fantasme. (Ma modestie me pousse à accepter les 1ers rôles de vos scénarios!!)

24/11/2006

Samedi: SHOW COLAT...

 

23/11/2006

Un WE ordinaire…

medium_200332164-001.jpgElle s’approche de moi, son verre à la main. Je regarde la mer. Elle passe ses doigts dans mes cheveux. Je prends sa main, la réchauffe entre les miennes. Sa bouche est douce et chaude dans ma bouche. Elle m’emmène par le bras, suavement, dans la maison. J’ai l’impression d’être ailleurs, de me regarder, de nous regarder. Son corps est si beau.

 

(Ellipse)

 

Après l’amour, sur le lit, sa tête sur mon ventre. Nous ne nous regardons pas, c’est plus facile pour parler, smedium_imsis520-002.jpge dire les choses. Elle partage ma vie. Je la partage avec son mari. Nous parlons beaucoup, juste pour nous dire que nous nous aimons. Elle a besoin de se justifier. Je l’écoute obnubilée par sa beauté. Pour la première fois, je lui dis que je l’aime elle, que je la comprends tellement quand elle m’annonce qu’elle aime aussi son mari. Je pense que l’on peut aimer plusieurs personnes différemment mais en même temps. Elle est la preuve que l’amour n’est pas exclusif. Nous faisons l’amour à nouveau. Avant de nous endormir nues, enlacées, emmêlées, les cheveux mouillées sous les couvertures.

 

Le lendemain matin, elle va se baigner. Elle est nue. Ses seins sont magnifiques, ses fesses aussi. Avec son visage, c’est ce que j’aime le plus. J’ai envie de les toucher tout le temps, de les embrasser, de la medium_5971-000347.jpgremercier d’être aussi belle. Elle sort de la mer ruisselante d’eau. Elle est bleue par endroits, les lèvres violettes. Elle s’est écorchée un genou. Elle s’approche de moi, les bras croisés sur la poitrine, claque des dents. Je l’assois entre mes jambes. Elle est frigorifiée. Elle se retourne, m’embrasse à pleine bouche et sa bouche, elle, est chaude.

 

Je la regarde, assise sur le bord de la baignoire. Sa beauté me touche, je la trouve désarmante.

 

medium_71472163.jpg

 

Elle a fait sa maligne à vouloir se baigner, je lui dis. Elle rit : « C’est vrai, je voulais t’épater. C’est comme la robe rouge, je voulais te plaire». Elle rit encore. J’aime son rire, son rire d’enfant. J’aime son sourire aussi, sa voix un peu medium_200384325-005.jpgcassée, ses seins, ses fesses et ses yeux dont je ne me lasserai jamais d’évaluer le nombre de dégradés de bleus qu’ils contiennent. Ses yeux sont un océan de bonheur dans lequel je ne cesse de plonger. Elle aime ma tendresse, ma maturité, ma drôlerie, ma douceur, ma folie aussi, je crois. Mais ce qu’elle préfère par dessus tout, c’est ma spontanéité et mon imprévisibilité. J’aime la surprendre, lui prouver que je l’aime. J’ai besoin de ça, de cette intensité. C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour qu’elle tombe et retombe amoureuse à chaque fois qu’elle me voit. J’ai besoin d’aimer avec la peur de perdre. Ce qui m’a, tout de suite, plu chez elle, c’est l’excès. L’excès d’agitation, l’excès de bruit, l’excès de féminité, l’excès de mystère, l’excès d’évidence.

 

Elle aime quand je lui parle dans d’autres langues. « Ana Arabia, ouhibbou; ouhibbou al-houbba ». Elle a l’impression de voyager à mes côtés. Elle aime l’expression de mon visage juste avant de l’embrasser. J’aime lorsqu’elle ne parvient pas à me dire : « Je t’aime » et que je réussis à entendre qu’elle le pense. Que restera t’il à ma vie si elle pars?

 

Nos regards se croisent. J’ai terriblement envie d’elle. Elle aussi. Je la laisse appeler son mari. Elle me rejoint dans le lit. Cette nuit, nous appartiens…

 

medium_6137-000188.jpg

Je l’embrasse suavement, lui ôte son chemisier. Je veux délivrer ses seins. Ma langue est occupée là, mes mains pleines du reste. Accrochée à son cou, à sa bouche, éperdue de plaisir, du plaisir charnel et du plaisir d’être avec elle, avec elle. Puis, je me laisse faire goulûment, mon corps n’est plus que délire orgiaque. Alors que je jouais comme un enfant, elle jouait comme un Dieu. J’étai sa créature. Et je n’ai cessé de la remercier de m’avoir fait exister…

 

medium_6160-000164.jpg

 

- A suivre… -

20/11/2006

Tout se joue avant 6 ans…

Mais bien sûr Dr Dodson.

Si tout se jouait avant 6 ans. Je serai clown ou teneuse d’un bordel, un peu à la manière de Madame Claude, c’était medium_200433279-002.jpgmon rêve quand j’étais petite. Ben quoi ? C’est quand mon père rentrait de ces voyages et qu’il venait dans ma chambre, il me disait toujours, c’est quoi ce bordel ? ou t’as pas bientôt fini ce bordel ? Pfff, si on peut même plus jouer de la guitare à 3h du matin, alors! Si bien que moi, je pensais que le bordel était un lieu magnifique où on pouvait faire tout ce qu’on voulait et où on pouvait adopter un mode de rangement aléatoire ou proche de l’inexistant sans aucun problème, un peu le paradis en somme. C’est juste quand j’en ai parlé lors d’un cours de catéchisme, qu’ils ont pas vraiment eu l’air de me suivre. Parce que leur paradis à eux, ça à l’air d’être un endroit ennuyeux à mourir peuplés par des personnes assorties. Alors que teneuse de bordel, ça c’est la classe, la grande classe. Tu fais quoi dans la vie, l’Amazone ? Oh, je tiens un bordel et là immédiatement, vous en imposez. Un « oh » de stupéfaction ne se fait jamais attendre. Mais, comme j’ai eu la malchance d’avoir fait des études, des vraies et donc pas à la fac (spéciale dédicace 4 largo !!!), j’ai dû, contrainte et forcée, prendre une autre voie. Déjà là, la théorie du Dr Dodson ne fonctionne pas pour moi.

medium_Arnold5.jpgEt puis moi quand j’étais petite, je voulais vivre avec Arnold , d’Arnold et Willy ( il me faisait craqué) et aussi épouser le Prince des Prince de Lu comme ça j’aurais toujours eu du bon goûter tous les jours. Et ben aussi surprenant que cela puisse paraître, ni Arnold ni le Prince de Lu ne partagent ma vie.

J’ai jamais crû à cette théorie, moi, je me disais, le pauvre Dr Dodson, c’est encore un enfant illégitime de Françoise Dolto qui a mal tourné et au lieu d’être raciste comme son frère Carlos, il s’est dit, je vais écrire un petit livre comme maman et puis comme ça ça rattrapera les chansons de mon frère. Mais moi, je n’étais pas dupe, j’avais tout compris…

Enfin, je le pensais, jusqu’à ce que je tombe sur cette photo de moi enfant :

medium_Robin_des_bois_copie.jpg

medium_RB2_copie.2.jpgLe petit bout de chou en bleu, c’est moi. Je suis trop mignonne, je sais. Oui, le stade du miroir, chez moi dure 30 ans et alors ? Si vous étiez aussi beau ou belle que moi, vous comprendriez la chance que j’ai et que l’on ne puisse jamais se lasser de s’admirer mais je ne voudrais pas vous décourager et vous laisse vous complaire dans votre médiocrité!!! Des fois même j’attends exprès que mon ordinateur se mette en veille pour pouvoir m’admirer sans que cela passe pour du narcissisme (le pire, c’est que c’est vrai!! C’es grave docteur???). Au départ, je voulais mettre un miroir face à mon bureau et puis déjà que les 40 photos de moi enfant me font passer pour l’égocentrique de service, j'ai pris sur moi. Alors que je ne suis pas du tout égocentrique, je leur fais juste profiter de ma beauté pendant mes absences, c’est tout!!

 

Ø       Voilà, tout ça pour dire qu’à 4 ans, j’étais déjà l’Amazone, je n’ai rien inventé, vous voyez, le Dr Dodson avait raison finalement…

14/11/2006

Miss Ponctualité ou l’art de se faire désirer…

(Comme me le conseillait Miss CRM ou Miss Chapelet anal, au choix, lors de notre grand pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, La Mecque , le mur des lamentations, les caves d’Epernay!!! I believe in medium_LInstant-Taittinger-Print-C10071903.jpegTaittinger, Piper, Mumm et Mercier! Je précise que c’était avant les dégustations. Bref, elle me conseillait de raconter ma vie, ici, plutôt que de me faire chier m’amuser à imaginer des histoires. Pendant que je m’adresse à Miss Chapelet Anal, dis tu sais lire, mais on t’as appris à écrire aussi??? Parce que je te rappelle que j’ai des photos de toi qui pourrait nuire à ton intégrité et toute tentative de fidélisation de clientèle, alors je veux un commentaire de ta part et maintenant. Casse moi s’il te plaît, ça fait tellement longtemps que ce n’est pas arrivé, j’ai oublié quel effet, ça fait!!)

 

Bon, je sens que ça va être super long là, soyez patient s’il vous plaît, vers la fin, il est possible que cela constitue un intérêt ou pas, vous verrez bien!!! Si vous voulez, vous pouvez arrêter de lire maintenant. (je vous aimais pas de toute façon). Ah vous lisez encore, en fait vous savez pas ce que vous voulez! Bon à partir de là, si vous lisez cette phrase, vous vous engagez à lire la suite et à laisser un commentaire. La lecture de cette phrase vaut pour accord.

 

C’est parti : Ma journée de travail d’hier : Y a des jours comme ça ou tout ne va pas pour le mieux… (un petit hommage en passant!).

 

medium_200296086-001.jpgJe ne suis jamais la dernière pour arriver en retard. Mais je crois que j’ai compris pourquoi, je confonds l’heure d’arrivée et l’heure de départ. Et puis comme je suis de nature optimiste, je pense toujours que je vais rattraper mon retard, que le chauffeur de taxi connaît des raccourcis inconnus jusqu’alors et puis en fait non, on finit toujours dans les bouchons. Même le conducteur du TGV n’est jamais prêt à tutoyer la vitesse du son. Et puis comme la malchance s’abat sur moi, y a jamais eu une faille spatio-temporelle qui s’est présentée. Je suis maudite, je crois. Mais si je suis en retard, c’est pas vraiment de ma faute, vous voyez. Moi, je suis juste partie un peu, en retard, mais personne ne s’est montré suffisamment compréhensif pour risquer sa carrière, la prison et sa vie. Pfff, on vit vraiment dans un monde égoïste!!

 

Bon, il est vrai aussi que tous les matins, je suis à l’heure voire en avance à 7h à la piscine, mais là, je vois pas d’autres explications à part le fait que ma glande qui sécrètent les hormones du retard fait encore du dodo. medium_71444974.jpgEn fait si vous me fixiez un RDV à 4h ou 5h, ben je serai à l’heure. C’est vrai, c’est quoi cette manie de toujours fixer les RDV professionnels pendant les heures de boulot. Pff, vraiment aucune originalité. En fait, je vous rend presque service, en arrivant en retard et en rompant votre programme et votre emploi du temps réglé à la minute près. Non, de rien, ça me fait plaisir!  

 

medium_57300699.jpgMais ça c’était avant. Aujourd’hui est un grand jour, un jour exceptionnel même. Ce lundi est le 1er lundi où…je suis arrivée à l’heure voire même un peu en avance. Un vrai miracle. 35 ans que je travaille, jamais vu ça! (NDLR : là, c’est censé être (un peu) marrant parce que je n’ai que 24 ans et que je ne suis pas née en Chine, je n’ai donc pas pu travailler 35 ans, qu’est-ce qu’on rigole, ahahah!!! Et dire qu’il est d’usage d’admettre que lorsque que l’on est obligé d’expliquer une blague, c’est qu’elle n’était pas drôle, rassurez-moi, ce n’était pas le cas, là?!!). Autant, les autres jours, je n’ai aucun problème pour arriver à l’heure les cheveux encore mouillés par 1h15 de natation, autant le lundi, j’ai beau essayé, je n’y arrive pas. Mon record jusqu’alors était 10h30 et encore, j’étais la dernière. Mais qu’est ce qu’ils ont tous aussi à arriver aux aurores??? Je suis sûre que c’est une machination pour révéler au grand jour que mon système génétique est totalement dénué du gène de la ponctualité. Mais aujourd’hui après une organisation de plusieurs mois (comprenant surtout l’oubli de changer l’heure de mon radio-réveil), j’ai enfin réussit : je suis arrivée à …. 9h22. Allô, le Guisness Book des Records, j’ai un record à faire homologuer là. Comment ça, c’est pas un record, des milliards de personne le font chaque jour. Et alors??? C’est un record personnel…

 

 

medium_879146-007.jpg

Là, il est 9h23, mon instant de gloire est tout proche. Si, je ferme les yeux, je me vois sur la 1ère marche du podium, la Marseille retentissant en mon honneur. Mais là, je garde les yeux ouverts parce que j’ai peur dans le noir!!

 

(Bon comme tout ça n’est le récit que d’une seule petite minute, je me disais que j’allais peut-être séquencer le récit de ma journée. C’est mieux, non? Oui, je me disais aussi…

 

Alors surtout ne ratez pas :

-          Moi, en faire trop ? Jamais!!

-          Un grand, très grand moment de solitude

-          L’Amazone : Starfuckeuse mais aussi Starcasseuse

-          Ma fille, ma bataille, fallait pas qu’elle s’en aille

-          Oh, maman pourquoi tu m’as faîtes si belle?!!

 

medium_bldcacolin148.jpg

Et si vous êtes sage, je reviendrai à l’essentiel, le seul sujet de conversation que je maîtrise, la chose la plus importante au monde, ma raison de vivre et le motif de mon existence : du SEXE, yeeeeesssssss!!!

09/11/2006

Trois minutes...

Toutes les 3 minutes, une personne se fait larguer en France.

Il y a 3 minutes, c’était moi.

 

medium_BU009272.jpgJe me suis désignée. Je viens presque de sauver l’humanité, là. Si ce n’avait été moi, ça aurait pu être vous. Je viens de vous sauvez la vie, en fait là. Au moins celle de votre couple. Et moi, altruiste comme personne, je ne vous demande rien. Je vais allez profiter de mes 3 minutes de gloire avant que le sort ne s’abatte sur quelqu’un d’autre. Trois minutes pour comprendre que l’on ne peut pas prétendre être fidèle et galocher tout paname. Trois minutes pour trouver une autre réponse que : « Et alors, on peut très bien être fidèle ET polygame ». Trois minutes pour essayer de me remémorer son prénom. Trois minutes pour comprendre que cet appel ne m’était pas destiné. En fait, je viens de comprendre que vivre en couple équivaut à signer un contrat moral, physique et éventuellement matériel pour 3 minutes. Un contrat reconduit tacitement ou pas…

 

 podcast

(Je ne suis pas satisfaite de ma chute, alors je propose d’instaurer « la note dont vous êtes le héros ». Vous avez la trame, à vous de compléter…)

06/11/2006

Nooooooooooooooooooooon...

 

medium_3232-000007.jpg              medium_s_f_cri.jpg
Je suis désolée de faire une note aussi tragique, mais j’ai besoin d’en parler.

 

medium_56503584.jpgNoooooooooooooooooon.

 

Pourquoi ??? Pourquoi lui ? Pourquoi si vite ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi, je n’ai pas eu le temps de lui dire au revoir ? Pourquoi, je n’ai pas eu le courage de lui dire que je l’aimais comme je n’ai jamais aimé ? Pourquoi, je n’ai pas osé lui dire tout le bonheur qu’il m’a procuré ? Pourquoi ? Pourquoi lui ? Pourquoi la vie me l’a ôté ? Pourquoi ?

C’est arrivé ce matin en pleine nuit. Je pense qu’il n’a pas trop souffert, c’est arrivé tellement subitement. J’étais encore avec lui hier, il paraissait si bien, si fort, si plein d’avenir. Je n’aurais jamais pu imaginer ça. Ce fut aussi violent qu’une méningite foudroyante. J’ai vraiment compris aujourd’hui, ce que signifiait : « la brièveté de la vie ».

Hier soir, je venais, à peine, de revenir à Paris, j’en ai profité pour me promener, profiter de la ville, de la vie, de cette agitation que j’aime tant.

Et tout à coup, le silence. Ce silence de la mort qu’aucune langue. Absolument aucune ne peut traduire. C’est le silence des eaux profondes lorsqu’une main surgit de nulle part, nous saisit violemment la nuque pour nous maintenir la tête sous l’eau. J’ai beau me débattre. Je ne réussit plus à respirer. L’oxygène vient à se raréfier. Je commence à m’asphyxier. Les sons me parviennent d’en haut. Ces sons sont les cris émis par ceux qui respirent encore, ils me parviennent comme un simple brouhaha à peine audible.

Malgré, cette tragédie, je suis quand même venue travailler. Parce que c’est la vie qui doit reprendre le dessus. Il ne faut pas se laisser affecter.

medium_CA18866.2.jpg

Vous vous demandez, certainement, qui est mort? C’était quelqu’un qui m’était très proche et avec qui j’ai passé 2 jours inoubliables, c’est…, (excusez moi, je sèche mes larmes et essaie d’étouffer mes sanglots). La personne qui m’a quitté ce matin, très tôt, c’est… le Week-End!!!!

 

Quoi ????

Vous faîtes comment vous pour faire passer 2h de retard à votre chef? Ma grand-mère est déjà morte 15 fois, j’ai épuisé 3 fois le Vidal, même les maladies qui normalement ne sont pas transmissibles à l’homme, ma serrure est restée bloquée une vingtaine de fois et les fuites d’eau qui nécessitent l’intervention d’un plombier (bien évidemment) aurait réussit à elles seules à épuiser les réserves d’eau de toute la planète. Du coup, j’avais pensé à dire qu’il y avait une grève de la RATP , mais comme, c’est un peu facilement vérifiable. J’ai essayé de mobiliser 2 ou 3 guichetiers et conducteurs pour les informer qu’ils n’étaient pas essayé payer et que le meilleur moyen de se faire entendre était une grève immédiate qui commencerait maintenant, tout de suite. Mais comme, c’était un peu tôt : 11h05, ils venaient d’arriver et ne se sentaient pas vraiment mobilisés. Bonjour la solidarité!!! De toute façon, je les aime pas trop, même quand je suis un tout petit peu (1h), en retard, y a jamais un conducteur compréhensif qui veut bien sauter 2 ou 17 arrêts pour me déposer directement à mon arrêt à moi. Je m’en fous, la prochaine fois, j’organiserais un attentat à Saint-Michel, mais ce matin, j’ai pas trop eu le temps comme j’avais déjà 2h de retard, je me suis dit que j’allais pas rajouter 3 ans pour apprendre à piloter faire décoller un avion ou même commander le coffret « Chimie 2000 »  et m’apercevoir qu’ils n’expliquent même pas comment organiser un attentat sans se blesser soi-même. Pfff, c’est quoi l’intérêt d’acheter cette boîte alors…

Bon, ben voilà, tout ça c’était juste pour vous informer que le week-end est mort hier soir, Plus de rage, plus de carnage, le week-end est mort hier soir, dans la jungle, terrible jungle…

Juste, au passage, ça marche vraiment bien. Personnellement, j’ai pas réussi à pleurer, mais avec un bon entraînement et une demi-heure de plus, je devrais pouvoir y arriver lundi prochain…

03/11/2006

La croisière du Paradis, c’est SAMEDI !!!!!!!!!!!!!

Parce que tout le monde n’a pas la chance d’être lesbienne!, j’ai LA SOIREE qu’il vous faut… Aucun commentaire ne sera accepté Miss C (oui, je fais du matraquage publicitaire, et alors ? Son blog le mérite, c’est tout...).

 

 

Juste un avant goût: Open Bar Champagne, DJ Azya et la Chicha. Oh la Chicha , je te veux, si tu veux de moi. Danse avec moi!!! En plus, c’est presque gratuit. Pourquoi, je suis pas là samedi, moi???

 

Le Pass:

 

 

medium_1741-1162006663.jpg

Le 04/11/06 - La Croisière du paradis @ Rivers King - Paris 16ème

 

La Croisière du Paradis !

Ce Samedi 4 Novembre.

A partir de 20h, sur le Bateau River's King (Passy – 16ème)

20:00 à 23:30 :


- Apéro Dînatoire
- Croisière sur la Seine (De 22h30 à 23h30)
- Open Bar Champagne (pendant la Croisière )
- Open chocolat blanc & noir
- Open douceurs sucrées

23:30 à l'aube :


- Ouverture du Dancefloor
- Stand massage (By Asia'n Relax)
- Stand Tatoos au henné 
- Open Chupa Chups
- Stand Shooting Photos
- Service Chicha (All Night Long)

Les personnes de la before peuvent rester pendant la soirée.

Musique :
DJ AZYA
Mixes :
Disco, House, R'n'b, Rock …

Consos & bouteilles à prix discount, 3 € le verre et la bouteille 60 € ! Rien que ça ! Service Chicha 10 €

Tarif Filles:
10 € avec le pass (Valable All Night Long) sinon 15 €
Tarif Garçons:
10 € avec le pass (Valable avant Minuit) sinon 15 € 

Dress code : Tenue correcte exigée

Bateau River's King
100 avenue du président kennedy - 75016 Paris - Métro 6 Passy
Entrée par la station service agip – Face à Maison de la Radio


02/11/2006

Vous faîtes quoi samedi???

Juste par pur copinage!!!

 

NB suite à l’intervention de Miss C : Pour toutes les lesbiennes analphabètes, cette soirée est le Samedi 4 Novembre parce que Maxim’s n’est pas seulement le lieu où est organisé la Pinky Boat , si si je vous assure, c’était même déjà un peu connu, un tout petit peu avant. C’est pourquoi la Pinky Boat a lieu la veille soit le vendredi 3 Novembre. Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur l’unique, le seul, l’incontournable blog, vous l’avez déjà reconnu, il s’agit bien là du Blog de Miss Chacalita, LA partenaire officielle de la soirée. Ahhahaaaaaah (désolée, mais c’est impossible de ne pas rire :

                                                            ROYAL PINKYBOAT avec:
 
                                                                 LA DIXIEME MUSE
medium_ROYALPINKNOVEMBRE.jpg   LWORDFRANCE

PINK TV
TETU
GAYVOX
LPOURL
DOLLHOUSE

LESBIEN RAISONNABLE
LEZLIFE
MISS CHACALITA !!!!!!!

 NLUV

 

Ahaahah (je peux pas me retenir, c'est juste à cause de cette... supercherie!!!).

 

Cherchez l’erreur ??????????????????

 

Si vous trouvez, Miss Chacalita s’engage à vous offrir une coupe de champagne et une nuit inoubliable (elle se réserve, tout de même, le droit d’avoir certains critères de sélection. Si vous êtes juriste ou avocate, biiiingooo vous venez de décrochez le gros lot, vous avez gagné 2h, vous ne passez pas par la case: je dois me taper toute la vie de Miss C, en faisant semblant de l'écouter!!! pour atterir directement à la case, je me suis tapée Miss C, par contre vous ne gagnez pas 20.000, oh c'est pas le Monopoly mais la vie là, faut arrêter de rêver!).

Papa Koyotte, désolée mais t’as pas le droit de jouer comme tu fais partie de la famille de l’organisatrice. Mais soit pas triste, tu as Foot+!!!

23/10/2006

Demande d'adoption...

 
medium_steph2.2.jpg      medium_steph1.jpg
 

 

-         Vous n’avez pas d’enfants.

-         Ou vous en avez malheureusement

 

 

Si vous êtes dans l’une de ces 2 situations (tout le monde normalement), vous avez LA possibilité voire même L’IMMENSE PRIVILEGE d’adopter cette magnifique petite fille:

 

 

 

medium_Moi_enfant.2.JPG 

(Non, ce n’est pas l’actrice d’ « un Indien dans la ville », bande de méchants!!)

 

 

Vous avez vu ces yeux et ce sourire, ils ne peuvent pas vous laisser indifférent. Elle vous aime déjà.  

 

Alors, par pitié, adoptez-moi !!!

 

 

Bon d’accord, j’ai 20 ans de plus que sur les photos mais justement, c’est l’occasion d’avoir un enfant avec tous les avantages et tellement (peu) d’inconvénients.

 

 

Et puis, comme c’est bientôt Noël, j’aimerai bien passée Nowel dans ma nouvelle famille, mettre l’étoile au sommet du sapin, décorer la maison ( ah oui, c’est un critère de sélection, il faut que vous ayez une maison ou que vous habitiez à 2 min à pied d’une piscine), vous offrir le magnifique cendrier que j’aurais réalisé avec des mégots de cigarettes et des nouilles (et puis là, vous feriez semblant d’être content et puis vous me feriez croire que j’ai un talent fou et puis moi, je le croirai).

 

 

Avant d’établir les formalités administratives, voici ma liste pour le petit papa Nowel que j’aime à la folie. Eh petit papa Nowel, je t’adore et puis, même si t’as un petit peu d’embonpoint et l’âge d’être mon arrière grand-père, eh ben c’est pas grave, t’es MON IDOLE à moi et rien qu’à moi et puis, je sais que t’es plus fort que les Spy Girls, Dora l’exploratrice, Jimmy Neutron et Sarkozy. Et même si mes parents disent que t’existe pas, et ben moi, je sais que c’est pas vrai, t’existe et pis j’en ai la preuve, chaque année, tu m’apportes toujours (une partie de tous) les cadeaux que je t’ai demandé. Fais gaffe petit papa Nowel, me déçois pas cette année, j’ai  particulièrement besoin de toi et puis, j’ai renié mes vrais parents exprès pour toi.

 

 

  Liste (non-exhaustive) à l’attention de mon petit papa Noël chéri :

-         Le permis moto

-         Une Honda CBF 600

-         Une maison à la campagne (dans le 17ème, c’est parfait)

-         Que le glacier Nardonne viennent s’implanter à Paris et puis le restaurant Don Quichotte (foie gras à volonté) aussi

-         Que Madeleine Peyroux vienne habiter chez moi pour venir me chanter « Careless love » au creux de l’oreille pour me bercer avant de m’endormir. Et puis pendant que je dors, elle pourrait aussi faire le ménage et le repassage, juste pour pas qu’elle s’ennuie…

-         Que je continue à être toujours aussi belle, intelligente et drôle

-         Que le petit Julien qui m’a volé mon crayon de couleur bleu chez les moyens soit gravement blessé dans un terrible accident de voiture puis succombe après de longues, très longues années d’effroyables souffrances. Ben quoi, c’était mon préféré le bleu et puis vous coloriez comment le ciel sans crayon bleu, vous ? Si ça se trouve sans lui (et si on oublie le fait que je suis nulle en dessin), j’aurais fait les Beaux Arts !

-          Des ASICS Speed star pour continuer à être la championne du monde du Jardin du Luxembourg toutes medium_407091336.2.jpgallées confondues

 

 

-         Cette petite montre : medium_2780793571.jpg (M’arnaque pas, je veux la même, c’est une HERMES pas une que t’as acheté au passage au souk d’Aubervilliers, ok ?)

 

 

-         La robe Hugo boss qui est en vitrine sur les Champs

 

-         Ce petit cartable pour aller à l’école, le même que la maîtresse : Essaie pas de me refourguer un Tan’s. (T’as ton Tan’s ? Naaaaan et j’en veux pas !!) medium_2627455551.jpg

 

 

 

 

-        

 

Des Rossignol Zénith Z1 :

medium_05_ski_rossignol_z1_anthracite.jpg

 

 

Bon, je t’enverrai la suite, un peu plus tard, concentre toi déjà sur ces 2 ou 3 petits cadeaux. T’as vu comme, j’ai été sage cette année. Un vrai petit ange, ça vaut bien une récompense, non et puis n’oublie pas que je souffre encore terriblement de la perte de mon petit chat que j’aimais tant. Naaaaaaaan, elle n’est pas morte, elle est juste allée se promener pendant quelques mois, je suis sûre qu’elle a réservé une suite au Georges 5 avec ses copains parce qu’elle était un peu fatiguée de chasser (ses croquettes dans sa gamelle). Et puis, quand elle se sera suffisamment reposée, elle reviendra… Siiiiiiiiiiiiii, elle reviendra

 

L’Amazone

  PS : Je sais que l’intégrale de Bach est sortie cette année, mais ne commet pas l’irréparable, ne me l’offre surtout pas je t’en supplie, je m’en sors déjà pas avec l’intégrale de Mozart… 

 

15:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

16/08/2006

Pourquoi un blog et pourquoi ce blog???

Choisissez parmi ces raisons:

- Pour faire comme tout le monde.

- Pour bénéficier des avantages de Buzz Paradise!!! Alors moi M. Buzz pour atteindre le paradis, il me faudrait: un Blackberry, une Porsche Cayenne, un loft de 5.000m2 dans le jardin des Tuileries (bien dans l'axe avec l'Arc de Triomphe, la Concorde et la Défense) et puis du personnel pour entretenir le parc et mes 5.000 m2. Ah oui et puis éventuellement que tout le monde soit heureux et qu'il n'y ai plus de guerre sur terre mais ça c'est uniquement si tu as le temps sinon concentres toi plus sur mes 3 premiers souhaits. Merci par avance...

- Parce que je viens de déménager, que je suis en congé, qu'il pleut et que je n'ai rien à faire à part nettoyer mon ancien appart. Du coup, créer un blog était le meilleur moyen de procrastiner un peu plus...

- Parce que contrairement aux autres, je ne suis absolument pas egocentrique. Si j'ai décidé d'avoir mon blog à moi où je pourrais raconter ma vie librement. En fait, c'est une démarche d'une générosité rare, je me suis rendue compte que je ne devais plus être la seule à profiter de mon talent et ait décidé de l'offrir via cette plate-forme à la terre entière... (Bon d'accord, je suis un peu égocentrique mais quand même pas mégalo, non???)

12:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)